MACKY SALL N’EST-IL PAS UN PRÉSIDENT DÉFAITISTE ?

« Dans un continent affaibli par ses maladies et ses séries de violence, tous ceux qui viennent pour y investir sont tellement courageux qu’il faut tout leur offrir… les contrats sont souvent déséquilibrés… car les pays africains sont en partie handicapés dès le départ…parce que les autorités étatiques sont impuissantes face aux multinationales », a déclaré le président Macky Sall à la conférence de l’ITIE. Si c’est cela notre triste réalité, avons-nous encore besoin d’Etats en Afrique ? Ou, c’est plutôt, parce que l’Afrique n’a que des présidents qui se rabaissent devant leurs homologues des pays développés, et s’aplatissent devant les multinationales étrangères ?
Le dictionnaire nous dit qu’une personne défaitiste est quelqu’un qui croit systématiquement à la défaite, dans ses propos et dans ses actes ; c’est quelqu’un qui se montre irrémédiablement très pessimiste quant au succès d’une entreprise.
Le problème de l’Afrique ce n’est pas la guerre, car le Rwanda un pays qui en 1994 a été ravagé par un conflit ethnique, est aujourd’hui cité en exemple et courtisé par ces multinationales dont parle Macky Sall. Le problème de l’Afrique ce n’est pas la famine, tout le monde se souvient des ces hordes d’affamés sur les routes de l’exode en Ethiopie et aujourd’hui, ce pays est sur le chemin de la renaissance économique.
Cette mentalité de pays qui doivent se laisser dominer et exploiter par les pays plus développés, est une stratégie de l’occident qui veut nous faire croire qu’il vient chez nous pour notre intérêt et que nous devons en être reconnaissants, car personne ne veut venir investir chez nous. Notre président semble croire à cette idée et c’est pour cela qu’il signe des contrats à tour de bras, sans aucune condition et sans mettre en avant les intérêts de notre Nation. Nous pouvons ainsi comprendre pourquoi Macky Sall a signé un chèque de 12 milliards de FCFA à Bictogo pour le dédommager d’une rupture de contrat, car il a été courageux de venir investir au Sénégal. L’ancien ministre de l’énergie Thierno Alassane Sall nous dit que le contrat signé avec Total fait perdre à l’Etat du Sénégal 400 milliards de FCFA par an durant toute la durée de la concession des blocs d’hydrocarbures. C’est ce défaitisme de Macky Sall qui permet à des entreprises françaises, marocaines, turques et chinoises de prendre en siège notre économie et de capter cette croissance chantée par notre ministre des finances. Aujourd’hui, les banques, les télécoms, l’eau, la gestion de l’AIBD, l’autoroute Ila Touba, l’or de Sabodala, les hydrocarbures, le TER, les infrastructures sur le plateau de Diamniadio etc. sont entre les mains d’entreprises étrangères et pourtant le Sénégal n’est pas un pays en guerre et à ce que je sache, notre pays n’est pas ravagé par des maladies. Je pense plutôt que notre président est défaitiste et qu’il veut justifier la part belle accordée aux multinationales en nous faisant gober une reconnaissance que nous leur devons. Les multinationales ne sont pas des entreprises philanthropiques, elles ne vont que là ou il y a de la croissance à faire, il n’est nullement question pour elles de venir au Sénégal pour son développement économique. Ce n’est pas un président défaitiste qui peut permettre l’émergence du Sénégal, car aucun pays ne s’est développé en misant uniquement sur l’extérieur et en mettant de côté sa population entreprenante. Ce sont les PME/PMI locales, pourvoyeuses d’emplois et de richesses locales qui peuvent nous offrir une croissance économique inclusive, consommable localement, car contrairement à ce que certains disent, ma conviction est qu’une croissance ça se mange, elle doit se sentir dans le vécu quotidien des populations.

Ibrahima Wade, Cellule des Cadres de Bokk Gis Gis

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*