Macky Sall, président de la République : «Je n’ai pas été surpris par le refus de Me Wade de participer au Sommet de la Francophonie, mais je le regrette…»

Macky Sall et Me Abdoulaye WadeL’OBS – Aux yeux du Président Macky Sall, la décision de Me Abdoulaye Wade de ne pas participer aux activités du 15ème Sommet de la Francophonie n’est pas une surprise. 

Macky Sall ne s’attendait pas à une réponse positive de Me Abdoulaye Wade. En l’invitant à l’ouverture du 15ème Sommet de la Francophonie, le président de la République était presque sûr que son prédécesseur allait décliner l’invitation.

«Je n’ai pas été surpris par le refus de Wade de participer à l’ouverture du 15èmeSommet de la Francophonie»,  avoue le Président Macky Sall sur le plateau de France24. Mais, en invitant Me Abdoulaye Wade au Sommet de la Francophonie, le Président Macky Sall dit avoir fait son devoir. Comme il l’aurait fait avec le défunt Président poète, Léopold Sédar Senghor, si ce dernier était encore en vie.

«Je pense que feu le Président Léopold Sédar Senghor, s’il était sur terre, serait très heureux de rejoindre le Président Abdou Diouf et moi. Donc, mon devoir était d’inviter le Président Abdoulaye Wade, il a choisi de ne pas venir, c’est sa liberté. Je n’en fais pas de commentaire particulier».

Le chef de l’Etat ne veut pas commenter la décision de Me Abdoulaye Wade de choisir librement de ne pas participer au 15ème Sommet de la Francophonie à Dakar. Mais Macky Sall regrette tout de même l’absence de son prédécesseur à la tête du Sénégal à ce grand rendez-vous de Dakar.

«Je regrette le refus de Me Wade, parce qu’il aurait été bien, quels que soient par ailleurs les divergences ou les problèmes qui peuvent exister entre nous, à un moment aussi important, où nous voulons rendre hommage à son prédécesseur et à un de nos Présidents, que tous les chefs d’Etat sénégalais vivants puissent être présents. Mais s’il n’est pas là, ce n’est pas un problème particulier», dit le Président Macky Sall.

Sur un autre registre,  le chef de l’Etat est revenu sur le bras de fer l’opposant à son prédécesseur, Me Abdoulaye Wade. A ce propos, Macky Sall déclare : «Mon mandat ne saurait être réduit à des échanges épistolaires, des échanges de meeting, de paroles». Comme pour dire qu’il n’est pas obnubilé par le pouvoir, le Président Macky Sall rappelle, pour s’en réjouir, son engagement à réduire son mandat, de 7 ans à 5 ans.

«La décision de réduire un mandat, ça n’existe nulle part, j’ai voulu donner un exemple. Parce que les exemples, il faut se les appliquer soi-même si on veut être crédible. Avant mon élection, mon prédécesseur a voulu un 3ème mandat, qui a entraîné le Sénégal dans une période de vives tensions, il y a eu des morts, il ne faut pas qu’on oublie ce qui s’est passé. C’est la raison pour laquelle j’ai dit qu’il faut prendre le contre-pied et montrer qu’il est possible de rendre hommage aux électeurs et d’indiquer qu’on pourrait renoncer à des années de pouvoir qui ont été légitimement et légalement acquises», déclare le leader de l’Alliance pour la République (Apr). Avant de dresser le bilan à mi-parcours de son mandat.

Il dit : «Ma présidence se fait non seulement sous le sceau de la transparence, d’une gouvernance modernisée et les notes que le Sénégal vient d’obtenir, que ce soit dans le doing business, l’indice Mo Ibrahim, la perception globale sur la lutte la corruption, la bonne gouvernance, la démocratie, mais aussi la prise en charge des préoccupations des populations les plus démunies, à travers les politiques sociales de protection et de soutien, c’est cela qui caractérise ma gouvernance et non des querelles politiciennes, qui n’ont pas de lendemain. Je serais très malheureux si on voulait résumer ma gouvernance à ces débats de circonstance».

SOPHIE BARRO

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*