Madagascar : MORAMANGA – L’opérateur Andry Rakotovao égorgé

morammangaAfrique Monde: ( Il y a toujours un mobile pour tuer un milliardaire à Madagascar. Et le 1er c’est de pouvoir bénéficier de sa fortune, la menace provient souvent des enfants cancres, frères et soeurs, épouse et belle famille. Le 2ème mobile c’est que vous devez une fortune au commanditaire de votre mort . Le 3ème mobile, qu’un de vos associés s’estime être capable de vous succéder à votre business. il n’y a pas que les étrangers vahaza et autres qui en font les frais, les Malgaches aussi. Paix à son âme.)

Un ancien chauffeur du défunt est suspecté d’être derrière le crime. « Avant de voituresuccomber à ses blessures, mon frère l’a tenu comme l’auteur de cet acte odieux », affirme Jeo Rakotovao, frère de la victime sur TV Plus. Et de préciser que son frère était seul à bord de son tout-terrain lorsqu’il a quitté Tana dans la soirée d’avant-hier soir.

« Il avait pour habitude de passer la nuit à Moramamga avant de continuer sur Ambatondrazaka pour y arriver aux heures de bureau. Il a certainement été suivi depuis la capitale. En outre, ce meurtre ne peut être l’œuvre d’une seule personne. Mon frère a essayé de tenir tête à ses assassins, malgré ses blessures,c’est alors qu’ils lui ont tranché la gorge », se désole-t-il.

Résistance

L’opérateur effectuait presque chaque semaine une descente dans la région Alaotra-Mangoro afin de surveiller les activités de leurs entreprises. « J’étais à Ambatondarazaka lorsqu’un coup de téléphone m’a informé de la terrible nouvelle. Aussi ai-je rejoint Moramanga aussitôt», confie-t-il.

Les premières informations parvenues à la brigade territoriale de la gendarmerie de Moramanga révèlent que le défunt est descendu seul dans un bungalow à l’entrée ouest de la ville, mercredi vers 23h30. Le crime a été perpétré vers 1h30 alors qu’il dormaitl, mais il a résisté. Sentant la situation leur échapper, les agresseurs ont décampé, le laissant pour mort .

« Sitôt alertés, nous avons lancé ordonné à nos hommes déployés à Anjiro, Beforona et sur la nationale 44 d’intercepter tout véhicule correspondant au signalement de celui volé par le fuyard », déclare le commandant de la brigade de la gendarmerie à Moramanga. Mais «le 4×4 a réussi à se glisser à travers les mailles des filets que nous avons tendus, mais nous intensifions les recherches », assure-t-il.

Seth Andriamarohasina – Chapô: AM

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*