Madagascar: un ancien ministre condamné à trois mois de prison avec sursis

Sur quatre chefs d’inculpation, un seul a été retenu contre Augustin Andriamananoro : la participation à une manifestation non autorisée le 22 septembre dernier à Soamahamanina, contre une compagnie minière chinoise d’extraction d’or. Augustin Andriamananoro a été condamné à trois mois d’emprisonnement avec sursis. Mais il a été relaxé, au bénéfice du doute, concernant les trois autres chefs d’inculpation à savoir : atteinte à la sûreté de l’Etat, paiement de participants à la manifestation sans autorisation et incendie de broussailles et de pneus et entrave à la circulation.

A sa sortie de prison, il a levé les deux mains en l’air en faisant le signe de la victoire, le symbole du Mapar, le parti d’Andry Rajoelina. L’ancien ministre des Postes et télécommunications sous la transition, Augustin Andriamananoro a écopé de trois mois de prison avec sursis pour participation à une manifestation non autorisée contre la compagnie minière chinoise à Soamahamanina.

A l’intérieur du tribunal, une trentaine d’éléments des forces de l’ordre a quadrillé la salle d’audience déjà comble dès 8h du matin. A l’extérieur, près de 200 partisans Mapar ont laissé éclater leur joie, encadrés par autant de militaires, policiers et gendarmes.

Si le clan Rajoelina est soulagé, Pierre Houlder, porte-parole du Mapar accuse le pouvoir de s’acharner contre les proches de l’ancien président de la transition en rappelant le mandat d’arrêt à l’encontre du sénateur Lylison. Pierre Houlder dénonce également, « une dérive dictatoriale et répressive » avec un usage excessif des forces de l’ordre envers la population et les opposants à l’Etat.

Pour Rivo Rakotovao, ministre de l’Agriculture et président du HVM, le parti du président de la République, les accusations d’acharnement sont ridicules. Il ajoute « que personne n’est au-dessus de la loi, et que les politiciens doivent faire attention à la justice car ils ne sont pas intouchables. »

Mais les avocats d’Augustin Andriamananoro, qui ne sont pas satisfaits du verdict, comptent faire appel contre la décision du tribunal pour obtenir la nullité de la procédure. L’ancien ministre avait été arrêté le 10 décembre, pendant l’enterrement de sa tante.

RFI

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*