Madagascar : Un pays pas comme les autres.

Madagascar_Gouvernement01Madagascar : Un pays pas comme les autres. Gouvernement Mahafaly, pour devenir ministre, le ministre en question a payé 1,5 milliard

Certains ont payé pour devenir ministres dans le nouveau gouvernement.
Des langues se délient et tendent à confirmer que certains ministres ont payé une grosse somme d’argent pour pouvoir entrer dans le nouveau gouvernement. Nos investigations ont permis de savoir qu’un nouveau ministre a payé 1,5 milliard fmg. La conclusion est vite faite : ce membre du gouvernement va tout faire à la tête de son département pour récupérer son argent.

Visiblement, le ministère concerné n’est pas grand en termes de budget. Par contre, il peut enrichir vite ses dirigeants si ces derniers sont surtout corrompus. Nos sources n’ont pas précisé à qui le ministre concerné a versé cette épaisse enveloppe. Force est cependant de rappeler que des suspicions de corruption ont été révélées peu avant la formation du gouvernement Mahafaly. Où était le Bianco devant tout cela ?

Attendu de pied ferme. Les questions de pot-de-vin ne sont que des problèmes parmi tant d’autres. A Tsimbazaza, les députés attendent de pied ferme le nouveau gouvernement dirigé par l’administrateur civil Mahafaly Solonandrasana Olivier. La première apparition de ce dernier devant l’Assemblée nationale est proche. A ce propos, l’article 99 alinéa 1er de la Constitution de la Quatrième République stipule : « Dans les trente jours de sa nomination, le premier ministre présente son programme de mise en œuvre de la Politique générale de l’Etat au Parlement qui peut émettre des suggestions ». Le premier ministre et les membres de son gouvernement seront donc devant les députés le mardi 10 mai.

Quota. Le nouveau premier ministre serait également interpellé sur la composition de son gouvernement, plus précisément sur le sort des candidats ministres qu’ils ont proposés au président de la République. En fait, le chef de l’Etat n’a retenu que deux noms : Jean-Jacques Rabenirina (ministre de la Culture et de l’Artisanat) et Toto Lydia Raharimalala (ministre de l’Emploi). La question est donc de savoir si les députés sont satisfaits de la décision du président de la République. Ces deux nouveaux ministres peuvent-ils représenter les différences tendances à l’Assemblée nationale où l’instabilité politique constitue un obstacle permanent à la bonne marche de l’Administration ? A noter que la première session ordinaire de l’Assemblée nationale s’ouvrira le mardi 3 mai.

R.Eugène – Titre: AM

In the Spotlight

La Turquie annonce préparer l’invasion de la Grèce

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Délivrant, au congrès provincial d’Eskişehir de l’AKP, un discours sur l’invasion actuelle de la Syrie par l’armée turque (opération Rameau d’Olivier), le président Recep Tayyip Erdoğan a déclaré, le 17 février 2018 : « Ceux qui pensent [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*