MAGAL – Visite de courtoisie au Khalife : Macky et Wade en chassé-croisé à Touba

Magal Touba Visite wade et macky khalifMacky Sall arrive aujourd’hui à Touba pour rassurer les autorités religieuses sur les bonnes conditions de la tenue du magal célébré ce 11 décembre. Il devance Me Wade et arrive dans un contexte où le khalife a interdit aux fidèles d’escorter ses visites de signes de désapprobation comme les huées. Et il fera l’évaluation de ses promesses.

e chef de l’Etat arrive à Touba, qui célèbre le magal le 11 décembre, dans un contexte marqué par la sortie du khalife enjoignant aux «talibés de ne pas le huer comme cela s’est produit à Dakar et à Keur Nganda» lors de ses dernières visites. Macky Sall va annoncer de nouveau l’effectivité du démarrage des travaux de l’autoroute Thiès-Touba, passer la nuit, prier à la grande mosquée le vendredi et bénéficier d’un accueil princier.

Ce sera le chassé-croisé avec son prédécesseur à la tête de l’Etat. Le lendemain, ce sera autour du Président Wade de fouler le sol de Touba après deux magal passés hors du territoire national.

Il faut savoir que Macky Sall est resté presqu’un an sans mettre les pieds à Touba. La dernière visite du chef de l’Etat remonte au 19 décembre 2013. Ce jour-là, il avait affiché sa volonté de changer le visage de la ville sainte : «Mon vœu pour Touba, je ne vais pas le dire ici. Je préfère agir au lieu de parler. Quand je vais accomplir mes souhaits pour la ville sainte, alors tout le monde verra. Nous avons déjà commencé certaines choses en dépit de la situation que nous avons trouvée sur place. Ce que je souhaite pour Touba va au-delà de ça.» Depuis lors, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Entretemps, le président de la République est allé rendre visite au khalife dans son village de retraite de Keur Nganda et à Dakar.

Il avait donné des garanties sur la réalisation de l’aéroport international, un hôpital de grande envergure et l’autoroute à péage. Jusqu’ici, aucun début de réalisation n’a été constaté. Il a, néanmoins, concrétisé les travaux d’assainissement qui sont achevés. En ce qui concerne l’autoroute Diamniadio-Touba dont le budget a connu une hausse de 13 milliards sur les 400 milliards, le Premier ministre a annoncé avant-hier son lancement officiel le 27 décembre. On annonce, par contre, que l’enveloppe de 40 milliards, prévue pour dédommager les propriétaires terriens touchés par le tracé de l’autoroute, a fortement été revue à la baisse. Elle serait la somme modique de 5 milliards de Francs Cfa.

Magal sans problème d’eau
Pour ce magal, le gouvernement a prévu de mettre les fidèles à l’abri des besoins en eau. C’est ainsi que la production sera fortement augmentée. Mansour Faye, ministre de l’Hydraulique, rassure : «Je fais tout mon possible pour satisfaire ce besoin. Ce souhait est, en conformité avec notre vision, qui est de renforcer les liens de solidarité, de relancer la croissance.»

Le ministre de l’Hydraulique et de l’Assai­nissement annonce une production de 93 mille mètres cube d’eau par jour. Sans oublier l’enveloppe de près de 600 millions pour la réalisation de deux forages dont celui offert par le patron du groupe Ccbm, Serigne Mboup et le «recalibrage» de six pompes.

«Ce qui, au finish, va permettre d’avoir 18 000 m3/jour supplémentaires qui viendront s’ajouter aux 75 000 m3/jour de débit déjà existants. Cela permettra à la ville de Touba de passer de 75 000 m3/jour à 93 000 m3 par jour», explique Mansour Faye. Il soutient, en outre, qu’il y a encore un déficit «par rapport au besoin journalier de la ville en eau». Le ministre de l’Hydraulique insiste sur de lourds investissements pour résorber totalement le gap et résoudre définitivement le problème de l’approvisionnement en eau potable de Touba. Par conséquent, il a donc annoncé «la mise en œuvre, d’ici à 2020, du projet KMS3 (Keur Momar Sarr 3) qui va partir de Thiès pour alimenter en eau potable la ville de Touba, et même de Diourbel, avec un débit de 100 000 m3/jour». Selon lui, «c’est moins onéreux et plus réaliste que de construire d’autres forages et châteaux dont le coût de la maintenance est exorbitant».

badiallo@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*