Maghreb : La lutte contre le racisme anti-noirs, un combat dans tout le Maghreb, après l’agression de trois étudiants Congolais en Tunisie

Le parlement tunisien pourrait être le premier en Afrique du nord à adopter un loi contre le racisme. Pourtant le phénomène n’est pas nouveau : depuis des années, les associations du Maghreb dénoncent les actes racistes envers la communauté subsaharienne.

Qu’un gouvernement – en l’occurrence celui de Youcef Chahed en Tunisie – appelle à accélérer l’adoption du projet de loi contre les discriminations raciales est une première au Maghreb.

« Il faut une stratégie nationale afin de changer les mentalités », a déclaré le chef de gouvernement après l’agression de trois étudiants congolais le 24 décembre qui a poussé des associations d’étudiants africains à manifester à Tunis.

« Deux ont eu la gorge tranchée et le troisième a été poignardé. Nous réclamons justice », a rappelé Rachid Ahmad Souleimane, président de l’Association des étudiants et stagiaires africains en Tunisie (AESAT).

Nyobe Lipot Laurent
COMMUNIQUÉ URGENT !!!

Chers communautaires subsahariens et Tunisien, à tous les Hommes qui croient aux droits de l’homme, je mets à jour l’information selon laquelle trois de nos compatriotes de nationalité congolaise (deux filles et un garçon) ont été agressés à l’arme blanche (couteau) par un “citoyen” tunisien au niveau de passage. Le garçon est sauf avec une blessure au bras droit, l’une des filles est en réanimation mais devrait s’en sortir, la troisième est dans le coma.

touchée au cou et au visage. Nous sommes actuellement à la police de bab souika où nous tentons de mettre toute la pression juridique, civile et médiatique possible pour que l’affaire aille aux autorités compétentes.

Malheureusement nous sommes en nombre trop réduit pour protester contre les agressions multiples dont les étrangers sont victimes en Tunisie. Cette situation ne peut plus continuer, nous invitons donc les tunisiens et toutes les personnes croyant aux droits de l’homme de bien vouloir nous rejoindre au poste de police de Bab Souika. Aucun d’entre nous n’est à l’abri de cette situation donc mobilisons-nous tous pour que ce genre de situation ne se reproduise plus.

Nous sommes des citoyens du monde, nous avons le droit de nous sentir en sécurité partout dans le monde.

FAITES VALOIR VOS DROITS EN NOUS REJOIGNANT.

 Nyobe Lipot Laurent

: Afrique Monde

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*