MAGISTRATURE SENEGALAISE : La gangrène de la corruption

magistratssQue certains juges actuels corrompus qui auraient dus rester à la porte de leur prétoire, n’oublient pas qu’un jour, eux aussi, ils seront jugés.
La justice Sénégalaise est présentement sous les feux de la rampe. Ce, depuis le procès de Karim Wade et les décisions de justices «controversés» rendues en faveur de Mansour Faye et Racine Sy contre respectivement Ahmet Fall Braya et Me Aissata Tall Sall. Le premier président de la Cour d’Appel de Saint Louis, Taïfour Diop et ses «complices» font l’objet d’une dénonciation pour corruption. C’est ce même Taïfour Diop qui a vidé le contentieux qui a opposé les personnes suscitées. Le moins que l’on puisse dire c’est que cette justice «aux ordres» et les magistrats «corrompus» qui servent parfois la cause du pouvoir et non de la justice – ou impliqués dans des affaires de corruption – doivent un jour répondre de leur imposture devant le tribunal du peuple. Il est inconcevable que pour les prébendes et l’envi de satisfaire les besoins d’égo d’untel, des magistrats qui ont la tâche de rendre justice équitablement au peuple rentrent dans une logique partisane et partiale. Quid d’être mêlé dans des histoires de concussion ? Aujourd’hui, c’est une lapalissade de dire que jamais les Sénégalais n’ont aussi douté de leur justice.Face à cette situation, c’est aux magistrats eux-mêmes d’agir. La responsabilité de réformer le secteur de la justice incombe certes au gouvernement, mais il serait irréaliste de s’attendre que le ministère de la Justice montre la moindre ferveur dans la gestion des dossiers des magistrats véreux ou des directives et du jeu d’influence sur les magistrats. Il faudrait mettre en place un système efficace pour renforcer l’éthique et redorer le blason terni de la magistrature Sénégalaise. Cela passe par une autocritique nécessaire qui, outre le fait qu’elle peut être une bonne thérapie de groupe, contribuera à rapprocher la magistrature de l’opinion publique. Les magistrats Sénégalais et leurs structures représentatives pourraient aussi publier, une sorte de livre blanc de la magistrature qui dénoncerait les brebis galeuses parmi les juges et qui permettrait aux citoyens de refuser de se présenter devant les juges décriés par leurs confrères. Cela permettra surtout de redonner confiance dans la justice de notre pays.

Salamraky

In the Spotlight

Drépanocytose: Un million de Sénégalais touché

by bishba in SANTE 0

Un million de Sénégalais souffre de la drépanocytose. Les patients rencontrent des difficultés pour se soigner au motif que le Sénégal ne dispose que de deux centres de traitement qui se trouvent à Dakar. Ce [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*