Maladie de la dengue: 3 nouveaux cas détectés à Dahra Djolof

Malgré l’assurance des autorités sanitaires, la dengue se propage dans la localité de Dahra Djolof. En effet, 3 nouveaux cas ont été détectés dans le district sanitaire de Dahra, annonce le quotidien L’Obs.

La dengue, une maladie virale qui sévit dans la région de Louga, n’a pas encore décidé de mettre un terme à son séjour dans le district sanitaire de Dahra. En effet, de 2 cas enregistrés la semaine dernière, on est arrivé à 5 cas, suite à l’enregistrement de 3 nouveaux cas positifs détectés sur une trentaine de personnes suspectées et analysées à Louga.

Très vite, le médecin-chef du district sanitaire de Dahra Mamadou Thioro Mbaye a appelé les populations au calme et à se mobiliser pour une riposte commune.

Le Dr Mbaye et son équipe exhortent les populations à un changement de comportement, en évitant de créer dans les maisons des conditions favorables au développement du moustique. Il demande par ailleurs à chaque personne, d’être le relais pour sensibiliser le maximum possible, afin de combattre la dengue et de l’éradiquer dans les plus brefs délais.

Dengue au Sénégal : Deux cas confirmés à Dahra Djoloff, la maladie gagne du terrain

Le docteur Mamadou Thioro Mbaye, médecin-chef du centre de santé Elisabeth Diouf de Dahra-Djoloff, a confirmé lundi que deux cas de dengue avaient été enregistrés dans cette commune du département de Linguère et annoncé des mesures pour circonscrire la maladie.

« Je confirme que les deux cas de dengue signalés à Dahra Djoloff sont bien réels » et concernent « deux adultes autochtones. Ils ont été bien pris en charge et sont rentrés chez eux », a-t-il dit à des journalistes qu’il rencontrait.

Des prélèvements de sang déjà effectués et dont les échantillons seront envoyés à la virologie de Louga pour des analyses, a renseigné le médecin-chef, selon qui « tout le périmètre communal sera pulvérisé avec l’appui de la mairie » de Dahra.

Il rappelle qu’il n’existe pas à ce jour de vaccin contre la dengue, la prévention étant le seul moyen de lutter contre la maladie.

« Tout ce qu’on peut faire pour l’éviter, c’est de suivre un traitement symptomatique, la lutte contre la piqûre du moustique », a expliqué le docteur Mbaye, invitant les populations à éviter les eaux stagnantes.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*