Mali : l’avion présidentiel acheté par le Trésor n’appartient pas à l’Etat

Ibrahim-Boubacar-KeitaLa polémique autour de l’achat de l’avion présidentiel au Mali aux lendemains de l’arrivée au pouvoir d’Ibrahim Boubacar Kéita n’en finit toujours pas. Un rapport accablant vient d’être publié sur l’achat de cet appareil ainsi que des matériels militaires. Le document révèle que l’avion ne serait pas la propriété du Mali.

C’est au mois d’octobre dernier que le rapport du Vérificateur général sur l’achat de l’avion présidentiel a été publié. Mais depuis, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) ne s’est toujours pas exprimé. Vu la gravité des accusations décrites dans le rapport à savoir l’acquisition d’un avion présidentiel et de matériel militaire à un coût hors pair, le silence du président malien et de ses ministres laisse croire à une vérité des faits relatés.

On en était là quand la semaine dernière, son ministre de l’Economie et des Finances, Bouaré Fily Sissoko s’est finalement exprimé. «Entre-temps, on a découvert que ce qu’on dit être une marge faramineuse a servi en partie à acheter des munitions», avait déclaré le ministre pour justifier les dépenses. Le ministre a laissé croire que les 25 milliards de FCFA ont servi à défendre le pays.

Mais la question que beaucoup se posent est de savoir celui à qui appartient l’appareil. On se souvient que le Français Marc Gaffajoli pourvu d’un mandat exclusif a été chargé de trouver un nouvel appareil au président IBK, en qualité de conseiller du gouvernement.

Des informations indiquent que pour service rendu, ce conseiller aura empoché 2,1 millions de dollars, soit environ 1 milliard de F CFA.

Au total 18,9 milliards de FCFA ont été déboursés par le Trésor malien pour l’acquisition de l’avion présidentiel qui a été immatriculé à Aruba (Caraïbes). Mais le hic est que l’avion est mis au nom de la société privée Mali BBJ Ltd créé en mars dernier.

Jusque-là, les propriétaires de cette société ne sont pas encore connus et il est clair que l’avion du président malien n’appartient pas au Mali. A qui appartient donc l’appareil ? La justice est chargée de répondre à cette question.

OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*