Mali: une personne tuée et une vingtaine d’autres brièvement enlevées à Tombouctou

Des soldats maliens à la base militaire française de Gao, dans le nord du Mali, le 31 décembre 2014|AFP
Des soldats maliens à la base militaire française de Gao, dans le nord du Mali, le 31 décembre 2014|AFP
Des soldats maliens à la base militaire française de Gao, dans le nord du Mali, le 31 décembre 2014|AFP

Une personne a été tuée et une vingtaine d’autres brièvement enlevées vendredi lors d’une attaque d’un village de la région de Tombouctou (nord-ouest du Mali) par un groupe armé non identifié, a-t-on appris samedi auprès d’un élu local et de l’ONU.

« Vendredi, le village de Kano (75 km à l’est de Tombouctou) a été attaqué par des hommes armés. Une vingtaine de personnes (des habitants) ont été brièvement enlevées. Par ailleurs, un habitant du village a été tué par une roquette tirée contre sa maison » par les assaillants, a déclaré à l’AFP Abdoulaye Maïga, un élu local, joint dans la région de Tombouctou, ville dont dépend administrativement Kano.

L’enlèvement a duré « quelques heures » avant que la vingtaine de personnes ne soient libérées par les ravisseurs à la suite d’une « intervention de notables » de la zone, a indiqué la même source.

« Les assaillants, des hommes à la peau claire, qui appartiennent à un groupe armé évoluant sur le terrain et dont certains étaient enturbannés, ont emporté des biens appartenant aux villageois et détruit quelques cases », a t-elle affirmé, sans préciser les auteurs de cette attaque.

Une source militaire au sein de la Mission de l’ONU au Mali (Minusma) a confirmé l’information. La vingtaine de personnes enlevées ont été, selon elle, conduites à bord de plusieurs véhicules dans la localité de Ber, à 15 km de Kano, avant d’être libérées.

Par ailleurs, un autre village, Bamba, situé à 245 au nord de Gao, a également été attaqué vendredi soir par des hommes armés, a affirmé à l’AFP un élu local qui s’est exprimé sous couvert de l’anonymat.

« Vendredi vers 20H00 (locales et GMT), des hommes armés sont venus dans notre village de Bamba. Ils ont d’abord tiré des coups de feu en l’air. Toutes les rues se sont vidées. Après, ils ont cassé plusieurs boutiques pour emporter des vivres et des biens des populations mais il n’y a pas eu de blessé ni de mort », a-t-il affirmé.

Le nord du Mali est tombé en 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda, qui en ont été chassés en grande partie par l’opération militaire « Serval », à l’initiative de la France, à laquelle a succédé en août 2014 l’opération « Barkhane », dont le rayon d’action s’étend à l’ensemble de la zone sahélo-saharienne.

Mais le nord malien, où sévissent aussi d’autres groupes armés, notamment touareg, a enregistré ces derniers mois une recrudescence d’attaques.

AFP

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*