Malick Gakou, membre de Mankoo Wattu Sénégaal : «Il y a une volonté manifeste du Président Sall de biaiser le jeu électoral»

Mankoo wattu Senegaal maintient le cap de la pression et accuse le chef de l’Etat Macky sall de biaiser le jeu électoral,avec les manquements notés dans la refonte partielle du fichier électoral.

Une forte délégation duFront pour la défense du Sénégal/MankooWattuSenegaal conduite par Malick Gackou, président du Grand parti, a visité plusieurs commissions administratives dans la ville de Thiès. Ce, pour s’enquérir de l’état d’évolution des inscriptions pour l’obtention de la carte nationale d’identité biométrique multifonctionnelle.

Malick Gackou a noté qu’il y a une volonté manifeste du chef de l’Etat de biaiser le jeu électoral. Car les constats faits ne peuvent conduire à des élections libres, démocratiques et transparentes. Dans le département de Thiès, qui compte 300 000 électeurs, il juge que les 17 commissions fixes et les 2 itinérantes sont insuffisantes pour permettre aux populations de s’inscrire dans les meilleures conditions.

«Nous avons rencontré des populations qui se lèvent à 1h, 2h et même à 3 h du matin pour venir faire le rang afin de s’inscrire dans des conditions difficiles. Cela est inadmissible et inacceptable», déplore-t-il.

Il estime que conformément à la requête des partis politiques au chef de l’Etat, le gouvernement doit prendre les dispositions pour qu’il y ait au minimum 30 commissions à Thiès afin de permettre aux citoyens de pouvoir s’inscrire convenablement. Il a énergiquement déploré ce manquement, qui doit être réglé afin que les populations puissent exercer leurs droits citoyens.

M. Gackou a noté quelors de leur rencontre avec le chef de l’Etat, celui-ci s’était engagé à tout faire pour qu’il y ait au minimum en fin décembre, 500 commissions administratives sur l’ensemble du territoire national.

Pour lui, les lenteurs notées dans la mise en place desdites commissions ne permettront pas d’atteindre les objectifs pour des élections libres et transparentes. Pour un bon suivi du processus électoral, la conférence des leaders de MankooWattuSenegaal a récusé le ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo.

«Il peut être ministre de l’Intérieur parce que c’est MackySall qui l’a nommé. Mais nous n’accepterons pas qu’il organise les élections», souligne Mamadou DiopDecroix, Secrétaire général de Aj. Il a rappelé que depuis 1992, le processus électoral a toujours été marqué par un consensus entre les forces politiques, les forces vives de la Nation et le gouvernement. Ce qui avait motivé le Président Abdou Diouf àconfier les élections à un ministre de l’Intérieur qui n’est pas politique, le Général Cissé.

Le Président Abdoulaye Wade,qui avait respecté cet acquis démocratique,avait confié l’organisation des élections à Cheikh Guèye, un haut fonctionnaire. MalickGackou est d’avis qu’il faut au Sénégal une autorité indépendante pour organiser les élections. Car un ministre de l’Intérieur membre d’un parti politique peut être considéré comme partisan.

«Une autorité indépendante est mieux indiquée pour organiser des élections démocratiques, libres et transparentes», dira-t-il.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*