MAMADOU BADIO CAMARA NOUVEAU PROCUREUR GENERAL PRES LA COUR SUPREME La consécration d’un magistrat « tout terrain »

Le nouveau Procureur général de la Cour suprême, Mamadou Bdio Camara est un magistrat émérite qui a roulé sa bosse un peu partout. Riche d’une longue carrière, a reçu une solide formation. mamadou badio

Né le 09 avril 1952 à Dakar, Mamadou Badio Camara, le nouveau procureur général près la Cour suprême a obtenu son brevet de magistrat à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (Enam) en juillet 1977. De 1971 à 1975, il a été étudiant à la faculté de Droit de l’Université de Dakar où il a obtenu sa licence en droit privé, option judiciaire, en juin 1975.

Auparavant, il a effectué ses études secondaires de 1964 à 1971 au lycée Van Vollenhoven de Dakar, rebaptisé Lamine Guèye. Il y a obtenu son Baccalauréat en juin 1971. De 1959 à 1964, il a fait ses études primaires à l’école Biscuiterie de Médina à Dakar où il a eu son certificat d’études primaires en juillet 1964.

Le nouveau patron du parquet du Sénégal a eu une solide formation. En 1999, il a fait un séjour de trois semaines à Paris, à la Chambre criminelle de la Cour de cassation pour étudier son organisation et son fonctionnement, la procédure d’audience et la méthodologie de rédaction des rapports et des arrêts.

En 1998, il a été à Kadoma (Zimbabwe) où il a fait une formation sur les peines alternatives à l’incarcération, étude des peines de substitution aux emprisonnements de courte durée (travail d’intérêt général, sursis avec mise à l’épreuve etc). En 1997, il était à Bordeaux (France) à l’école nationale de la magistrature pour subir la formation de formateurs de magistrats pendant 45 jours.

En 1996, il a également effectué un stage de 45 jours à Paris, pour étudier l’administration des juridictions, r la gestion et l’administration d’une présidence de tribunal et d’un parquet au plan des ressources humaines, du matériel et du traitement des procédures. La même année, il était à Caen (France) pour étudier l’exécution des peines : exécution des peines d’emprisonnement et recouvrement des amendes, suivi des condamnés, aménagement des peines (libération conditionnelle, liberté surveillée ).

En 1993, il était à Sainte Foy (Québec) pour faire un stage sur le contrôle des opérations électorales à la Direction Générale des Elections du Québec .

En 1992, il a effectué un voyage aux Etats-Unis d’Amérique, pour faire un tour d’observation du système judiciaire américain : séances de travail avec des Magistrats et Avocats, assistance aux audiences, visites de commissariats de police et de centres de détention à New York, Washington, New Orleans, San Francisco et Sacramento. En 1982, il a été à Paris et Bruxelles pour une formation en droits de l’homme dans les enquêtes préliminaires effectuées en matière criminelle par la police judiciaire et le bureau du procureur.

Il a une carrière très riche. Depuis novembre 2008, il est Président de la chambre criminelle de la Cour suprême, cumulativement avec les fonctions de Secrétaire général de la Cour suprême du Sénégal. En juillet 2004, il a été nommé Procureur général près la Cour d’appel de Saint Louis avec maintien dans les fonctions de Secrétaire général de la Cour de cassation. En octobre 1998, il était Conseiller à la Cour de cassation du Sénégal : d’octobre 1998 à octobre 2002 : chambre pénale de novembre 2002 à janvier 2004 : chambre sociale.

En Août 1993, il a été nommé Procureur-adjoint au tribunal régional hors classe de Dakar. En Novembre 1991, il était substitut général au Parquet Général de la Cour d’appel de Dakar, puis en novembre 1989, il était Procureur de la République à Ziguinchor et ensuite celui de Kaolack en novembre 1984 : Procureur de la République à Kaolack (Sénégal). En juillet 1977, il était Substitut du Procureur à Dakar puis Premier Substitut du Procureur à Dakar en février 1983.

De 1993 à 1999, il était chargé du cours « Pratique du parquet » à l’Enam puis au Centre de Formation Judiciaire de Dakar, conférencier à l’Ecole Nationale de Police et à l’Ecole de la Gendarmerie à Dakar (1995 à 1999), expert du Comité Sénégalais des Droits de l’Homme : mission de formation en droits de l’homme de policiers, gendarmes et gardes pénitentiaires en Guinée-Bissau, avril 1998, représentant personnel du Président de la Commission Africaine des Droits de l’Homme au séminaire de l’Association Nigérienne de Défense des Droits de l’Homme, Niamey, décembre1998.

Président de la section régionale de Kaolack (Sénégal) de l’Association Sénégalaise pour les Nations-Unies (février 1985 à octobre 1989), collaborateur des bureaux de Dakar de l’Unifem et de l’Oms pour un cycle de conférences sur les violences faites aux femmes, destiné aux associations féminines, aux élèves de l’Ecole de Police, de l’Ecole de Gendarmerie et de l’Ecole de Magistrature du Sénégal (1996), il est membre de la commission d’enquête des Nations Unies sur la situation des détenus au Burundi (Bujumbura, novembre 2001 à février 2002) et membre du Conseil d’Administration de l’Ecole Régionale Supérieure de Magistrature (ERSUMA), Porto Novo, République du Bénin (2004-2010).

Chargé de mission de l’Organisation Internationale de la Francophonie (O.I.F) où il a pris part à la mission d’audit organisationnel de la Cour de cassation d’Haïti (Port-au-Prince, juin 2007) et mission d’appui à la justice pénale (Port-au-Prince, juin 2008), le nouveau Procureur général près la Cour suprême est élu membre du comité des Nations-Unies sur les disparitions forcées, le 31 mai 2011.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*