MAME LESS CAMARA : « Idy est cohérent dans les actes qu’il pose »

39544e3a5777348acd347adc5b9ad925Mame Less Camara, journaliste et analyste politique, estime en substance qu’Idrissa Seck a été bien inspiré de quitter la coalition Benno Bokk Yakkar avant qu’il soit trop tard. Le Rewmiste en chef se met ainsi dans une posture relativement aisée losrqu’il s’agit et s’agira de critiquer le pouvoir en place, et de se poser en opposant crédible.

Le débat autour de l’imminente implosition de Benno Bokk Yakkar à cause sans doute des déclarations incendiaires émanant des responsables de l’Alliance pour la République comme ceux du Parti Socialiste, reste toujours d’actualité.

Tout de même, il faut reconnaitre que ce débat pose bien la question de la cohérence, de la constance ou même de la conséquence, dans les actes posés par le leader de Rewmi, Idrissa Seck, depuis le 25 mars 2013. Ce qui lui avait valu, semble t-il, son départ précoce de la coalition au pouvoir.

Selon l’analyste politique Mame Less Camara, le chef de file du parti Rewmi a un bon timing . « Idrissa Seck a un bon timing. Il savait depuis le départ qu’il serait candidat à la prochaine présidentielle. Il avait donc besoin de s’identifier face aux militants à travers un discours d’opposant cohérent. Et il avait également besoin de temps pour travailler à cela », a indiqué cet enseignant au Cesti.

Poursuivant son argumentaire, Mame Less Camara estime que pour arriver à cette position, il ne faut pas attendre de se voir prier de prendre la porte ou de démissionner. « Sortir comme Idrissa Seck l’a fait, avant d’être poussé à la sortie, lui a permis de prendre du recul nécessaire pour critiquer toutes les décisions de Macky Sall, de ne pas traîner dans la coalition. Plus on reste dans une coalition au pouvoir, plus on se fait pousser à la porte par ceux qui veulent reconduire leur leader comme c’est le cas avec les gens de l’Apr qui veulent que Macky Sall ait un second mandat », a estimé Camara.

Selon l’analyste, le chef de file du parti Rewmi veut s’imposer comme le principal adversaire du candidat au pouvoir, comme ce fut le cas avec Abdoulaye Wade et Abdou Diouf en 2000, et plus ou moins le cas entre Abdoulaye Wade et Macky Sall. Le journaliste explique par ailleur que le Rewmiste en chef, poursuit son vieux rêve d’être le remplaçant de Me Wade. « Idrissa Seck est très conséquent dans ses actes », dit l’analyste. Au sujet des résultats attendus par rapport à un tel comportement de la part de Seck, notre interlocuteur précise que Ndamal Cadior était seulement en « transit dans la coalition au pouvoir », « Idrissa Seck a voulu jouer en solo depuis le départ, et c’est pour cela qu’on peut soutenir qu’il a été en transit dans la coalition Benno Bokk Yakkar qu’il a rejoint à partir du mouvement du 23 juin (M23) et non par le biais des coalitions Benno Siggil Sénégal et autres.

Il a attendu le premier vol pour quitter et aller se construire en tant que candidat. Idrissa Seck étudie beaucoup l’histoire immédiate du pays et il en a tiré les meilleures conclusions qui voudraient que s’il arrive à devenir principal adversaire de Macky Sall, cela le conduira forcément au second tour. Etant donné que l’histoire a montré que c’est un exercice qui ne réussit pas au candidat au pouvoir, les exemples de Wade et Diouf, et Macky face à Wade, prouvant à suffisance que le score du candidat au pouvoir ne varie pas au second tour, Idrissa Seck peut bien esperer réussir son pari et atteindre son objectif », a conclu le formateur au Cesti.

Source : La Tribune

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*