MANDAT DU PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE: Cheikh Bamba Dièye donne cinq ans pour rompre d’avec les manières de faire de Wade

cheikh bamba dièyeMême s’il est pour le retour du quinquennat à la présidence de l’Assemblée nationale, le ministre de la Communication, Cheikh Bamba Dièye trouve inutile le débat sur cette question.

Pour le maire de Saint-Louis, le mandat de Moustapha Niass doit être ramené tout simplement à cinq ans. « Nous voulons instaurer la rupture et créer la solidité dans nos institutions. Cela veut dire que pour tous les éléments ou institutions d’hier qui ont fait l’objet de graves injustices et de dysfonctionnement majeur il serait souhaitable d’y remédier », a dit le leader du Fsd /Bj.

Très catégorique dans sa position, l’ex-député, de marteler : « je suis pour la rupture pour qu’on ne retourne plus dans le système de Wade et de ses manières de faire ».

Car, souligne-t-il, « cette instabilité n’est pas bon pour le fonctionnement de l’Assemblée nationale. Cela veut dire qu’on veut se donner les moyens de couper la tête de quelqu’un quand on le veut ».

CHEIKH BAMBA DIEYE SUR LES RELATIONS AU SEIN DE BBY: ” L’Apr a besoin de signaux forts, les alliés d’être renseignés”

Le débat sur le mandat du président de l’Assemblée nationale pose en toile de fond, le problème de la solidarité et de la confiance. C’est l’avis du leader du Fsd/Bj qui pense que ces deux qualités font défaut chez nos hommes politiques

« La confiance et la solidarité constituent un problème qui fait défaut chez nos hommes politiques », s’est plaint M. Cheikh Bamba Dièye, à l’émission « Grand jury ».

Le ministre de la Communication définit la confiance comme les liens « qui les unissent autour du travail qu’ils devons faire pour changer le Sénégal ». Et la solidarité dit-il, doit créer cette volonté commune de faire et d’être ensemble ».

Pour y arriver, l’allié du pouvoir fait remarquer que « cela nécessite énormément de dépassement de la part des uns et des autres et beaucoup de réactions positives sur les actions de fond ».

Poursuivant ses explications, le ministre de la Communication ajoute : « il est clair que le pouvoir contrôlé majoritairement par l’Alliance pour la République (Apr), a besoin de signaux et d’actes forts pour être tranquillisé et stabilisé ».

D’un autre côté, poursuit-il, « les alliés ont besoin aussi d’être renseignés et que les actes devraient être synchronisés ».

Car, selon toujours l’analyse de M. Dièye, « dans toute assemblée, il y a une partie que l’on perdra pour les liens sublimés de rester ensemble ».

Sinon met-il en garde, « il n’y aura pas d’alliance mais des carcans vides. Ce qui pourrait créer la fissure ».

NETTALI.NET

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*