MARCHE DES JEUNESSES LIBERALES CE MERCREDI Du noir pour dénoncer la gestion de Macky

L’Union des jeunesses travaillistes et libérales (Ujtl) organise une marche, ce mercredi 31 juillet, sur tout le territoire national. En conférence de presse hier, mardi 30 juillet, à la permanence Mamadou Lamine Badji, elle a invité ses militants à porter le noir. Une manière pour elle, de dénoncer la «morosité qui s’est emparée du  pays», après la prise de pouvoir par  Macky Sall.pds_ujtl_toussaint-manga

La jeunesse libérale bat le macadam ce mercredi 31 juillet, pour protester contre la gestion du régime en place, en exigeant de ce dernier la «prise en  charge les préoccupations des Sénégalais » et la « libération de tous les otages politiques sans délai». L’Union des jeunesses travaillistes et libérales (Ujtl) était en conférence de presse hier.

A Dakar, le rassemblement est prévu à 10h devant le Rond-point de l’université Cheikh Anta Diop et l’arrivée au poste de Médina.  Selon les membres de l’Ujtl, leur détermination est sans faille : « Nous allons marcher avec ou sans autorisation. Le gouvernement actuel a l’habitude d’attendre la dernière minute pour  autoriser la manifestation. Mais avec nous, cela ne passera pas. Nous avons déposé la demande d’autorisation et nous sommes en phase avec la loi », a souligné Toussaint Manga qui assure l’intérim après l’incarcération du coordonnateur de l’Ujtl, Bara Gaye.  La marche dite pacifique sera organisée dans tous les départements du Sénégal, si l’on en croit les organisateurs.

Pour le chargé de la communication de  l’Ujtl Cheikh Samb : « nous organisons cette marche pour dénoncer sans ambages, l’indifférence cruelle du régime de Macky Sall face à la souffrance des Sénégalais, mais aussi à la dictature  dont les signaux se manifestent par l’utilisation abusive de la justice pour détruire des adversaires». L’Ujtl a aussi demandé à tous les participants de cette marche à porter des brassards ou habits noirs. Une manière pour M. Samb de manifester au gouvernement leur colère et leur déception.

HARO SUR UNE GESTION CHAOTIQUE

Pour les jeunesses travaillistes et libérales, la gestion du gouvernement actuel est chaotique. Pour M. Manga, « après plus de 15 mois d’exercice du pouvoir, l’avenir du Sénégal est sombre et tous les clignotants sont au rouge. Les promesses de campagne ne sont plus qu’une chimère. Au-delà du coût cher des denrées de première nécessité, le pouvoir d’achat du citoyen  a connu une baisse vertigineuse. Les salaires des enseignants coupés pour avoir usé d’un droit constitutionnel qu’est le droit de grève, les avantages des greffiers délestés. »

Et d’ajouter : « que les coupures d’électricité persistent, l’eau n’est plus potable et des bacheliers sont laissés à leur propre sort à cause de leur obédience politique».  Pour l’Ujtl, à part « le Yonnu Yokkuté familial qui est en marche, rien ne va dans ce pays. » L’Ujtl s’est aussi offusquée du fait que la traque des biens supposés mal acquis soit orientée vers le Parti démocratique sénégalais en vue de son démantèlement.  « Depuis que le régime de Macky Sall a commencé la traque des biens mal acquis, seuls les nôtres sont interpellés et incriminés. Les arrestations arbitraires des responsables de notre parti en constituent la parfaite illustration», a souligné leur chargé de communication.

L’ASSEMBLEE NATIONALE, CLOUEE AU PILORI

L’Union des jeunesses travaillistes et libérales (Ujtl)  n’a pas manqué de tirer à boulets rouges sur l’Assemblée nationale.  Selon son coordonnateur, Toussaint Manga : « c’est la législature la plus nulle de toute l’histoire du Sénégal.  Après un an, elle n’est même pas à mesure de proposer une loi.

Les questions directes ne sont jamais prises en compte.  Toutes les recommandations viennent de la présidence». M. Manga s’est désolé de voir que, depuis l’éclatement de l’affaire de la drogue au sein de la police, « aucune alerte n’a été  faite au niveau de l’Assemblée nationale ». Et de poursuivre : « face à cette situation, les députés devraient s’auto-saisir de cette affaire, prendre des décisions. Mais là, on a l’impression que cela ne les intéresse pas ».

En outre, l’Ujtl a demandé au président Moustapha Niasse de redorer le blason de l’institution parlementaire pour une « Assemblée nationale forte et libérale ». A défaut, elle a appelé le Président Macky Sall à dissoudre l’Assemblée dans deux ans et à mettre en place une autre institution

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*