MARCHE D'HABILLEMENT DES «JAMBAARS» AU MALI Les mises au point de la DIRPA

Une information parue dans la presse le 6 septembre dernier soulignait que l’Agence de régulation des marchés publics (ARMP) a freine une procédure d’attribution de marché à l’initiative du ministre des Forces Armées, Augustin Tine, pour l’habillement de nos soldats engagés dans la  mission de l’ONU au Mali (MINUSMA), suite au recours d’un plaignant. La Direction de l’information et des relations publiques des Armées (DIRPA) recadre le débat.
tenue_militaire
Dans un communiqué, la DIRPA mentionne qu’en ce qui concerne les cas évoqué dans «cette publication» et afférent au marché destiné à l’acquisition de «matériels d’habillement» au profit des «jambaars» en mission au Mali, l’accent est mis sur les conditions optimales pour permettre aux militaires sénégalais d’accomplir leur mission. «Soucieux de mettre les personnels dans les conditions optimales pour l’accomplissement de leur mission dans ce théâtre marqué par des conditions climatiques rigoureuses, le Commandement a lancé ce marché avec un cahier de charges spécifiant les conditions».

L’appel d’offre comprenait entre autre les lots 5 et 6. Pour le lot 5 qui concerne les «Tenues de combat Camouflée»,  la matière textile pour la confection des tenues de combat doit être composée de 65% de coton et de 35% de polyester. La teneur en coton exigée, permet d’obtenir un tissu doux et résistant. Quant au lot 6 qui a trait aux «Chaussures Rangers», il a été demandé de présenter des «chaussures rangers qui correspondent aux normes d’au moins vingt quatre (24) trous renforcés par des œillets métalliques pour les lacets et l’aération des pieds», précise la source.

Dès lors, la consigne est claire: «tout candidat, même moins disant, s’il ne respecte pas ces spécifications, ne peut être retenu par la commission technique d’évaluation, conformément à l’article 70 du code des marchés publics», prévient a DIRPA. L’Armée, qui rappelle que conformément à l’article 89 du Code des marchés publics tout candidat non satisfait de son recours gracieux peut saisir le Comité de Règlement des Différends de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) à qui revient la décision finale, «invite encore tous les médias à recouper auprès d’elle toutes les informations pour les aider à rester dans le sillage de l’information juste et vraie».

Un site a mis en ligne depuis le vendredi 06 septembre 2013, un article dans lequel il est dit: «En voulant passer un marché jugé litigieux, le ministre de la Défense, Augustin Tine a été freiné par le gendarme des marchés. En effet, le plaignant qui s’était senti lésé (Mintech International Sa) dans une procédure de passation de marché, pilotée par le ministre concerné pour l’acquisition de matériels destinés à l’Intendance des Armées a introduit un recours auprès du comité de règlement des différends pour contester la décision d’attribution des lots 5 et 6».

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*