MARCHE DU PDS ET DE SES ALLIES Contre la vie chère et la libération de Karim et Cies

MARCHE DU PDS ET DE SES ALLIES
MARCHE DU PDS ET DE SES ALLIES
MARCHE DU PDS ET DE SES ALLIES

Le parti démocratique sénégalais (Pds) et ses alliés ont battu le macadam hier, mardi 8 octobre, pour exiger du gouvernement une meilleure prise en charge des conditions de vie des populations. Ces derniers protestaient contre les inondations, la pénurie d’eau à Dakar, la cherté de la vie, les délestages entre autres. La manifestation qui a connu une mobilisation s’est déroulée sous le regard vigilent des forces de sécurité qui ont encadré la marche et l’après marche.

Une partie de l’opposition a sonné la mobilisation hier, mardi 8 octobre, pour protester contre la gestion du régime de Macky Sall. Le Pds et ses alliés ont ainsi arpenté les artères de Dakar pour dénoncer la pénurie d’eau qui frappe depuis trois semaines la capitale sénégalaise, les inondations dans la banlieue, les délestages et la cherté de la vie.

Venus de Dakar et de sa banlieue, de la région de Thiès, les marcheurs ont regagné les lieux vers 13heures à bord de cars «rapides» ou «Ndiaga Ndiaye» ou de bus. Formés en petits groupes, ils s’attelaient aux derniers réglages avant le démarrage de la marche prévu à 14 h 30, à la place de l’obélisque.  Des slogans hostiles au régime en place sont exhibés sur des pancartes. Les leaders des partis politiques qui devaient diriger la marche sont attendus par les militants.   Le ton ne sera donné qu’à partir de 16 heures par Oumar Sarr, coordonnateur du Pds et compagnies. Les manifestants vêtus aux couleurs  de leurs partis politiques ou à l’effigie de  leur mentor ont tenu à s’exprimer pendant la marche.

Le départ du président Macky Sall est au cœur des revendications, ainsi que le retour du Pds au pouvoir, la libération de Karim Wade  mis sous mandat de dépôt sur l’affaire des biens supposés mal acquis et celle du leader de l’Union des jeunesses travaillistes libérales (Ujtl), Bara Gaye, pour offense au chef de l’Etat.  Sur l’affaire des biens « mal acquis», l’opposition a abhorré des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « Macky milliardaire illicite»,  «non à une justice injuste», « le pays est mackyé en couleur sale» ou encore «corruption égale à Macky gré à gré».

Sur fond musical avec le chanteur pacotille, l’opposition a battu le macadam sous la bannière de « Boolo Taxaw Askan wi» en empruntant les allées centenaire, en passant devant la Rts pour finir à la poste de Médina. Des militants se sont déportés sur les lieux avec des bidons vides et des bassines, histoire d’illustrer le manque d’eau à Dakar.  Dans la foulée, on pouvait apercevoir des personnes du troisième âge qui manifestaient leur colère par des slogans : « j’ai soif, j’ai faim, je suis inondé, je suis malade».

Pour ce manifestant qui vient des Parcelles Assainies : « le président de la République et son gouvernement font dans le tâtonnement. La gestion du pays est chaotique et aucune promesse électorale n’est tenue. Ils ont montré leur limite et il est tant de quitter.» Et un autre de lancer : « ce qui se passe ces derniers jours à Dakar avec la pénurie d’eau ; a fini de montrer leur incapacité à gérer le pays. Trop c’est trop. Le Sénégal est géré par des incompétents, ils doivent quitter.»

Au niveau du centenaire, les marcheurs reçoivent tantôt l’encouragement de sympathisants, tantôt des piques de leurs adversaires. « C’est  fini pour vous, quoi que vous fassiez, vous n’allez plus revenir au pouvoir. C’est le peuple qui vous a vomi », s’empresse de lancer aux marcheurs un passant sur les allés centenaire.

Pour ce qui est des responsables politiques ayant pris part à la marche, on pouvait noter la présence  de Mamadou Lamine Keita, de Mamadou Diop Decroix de Aj/Pads, Modou Diagne Fada, Oumar Sarr du Pds entre autres. Pour ce qui est des partis politiques, en dehors du pds, il y a  le Pds, Bokk Gis-Gis de Pape Diop, l’Union des Centristes du Sénégal (UCS) d’Abdoulaye Baldé, l’Union pour le Renouveau Démocratique (URD) de Djibo Ka, ELAN de Sitor Ndour.

Sécurité

Les forces de sécurité étaient bien présentes pendant la marche de l’opposition. La police a sorti la grande artillerie. Le groupement d’intervention mobile (Gmi), appuyé de la brigade d’intervention polyvalente (Bip) et des éléments de la division des investigations criminelles (Dic) ont veillé au bon déroulement de la manifestation. Aucun incident n’a été signalé. La marche s’est déroulée dans la grande discipline. Les forces de sécurité ont encerclé les lieux avant le début de la marche. Tout le long de l’itinéraire, on les voyait s’activer pour assurer la sécurité des populations et l’encadrement des marcheurs. Dans les zones supposées à risques comme la Rts, une voiture bondée d’éléments de la police  veille. Un dispositif impressionnant est installé au rond-point de la Médina, point de chute de la marche.

Réactions…Réactions…

M.José Sarr, membre du comité directeur Pds
« C’est pour trois raisons principales que cette marche a été lancée  pour dénoncer  les dérives du pouvoir : le fait que nos amis soient mis en prison  pour des  raisons purement politiciennes ; pour dénoncer la mal gouvernance. Le pays va mal et il faut s’opposer à tout ce qui va à l’encontre d’une gestion transparente».

Mamadou Lamine Keita 
«Fixer une marche à 14h sous une canicule et l’arrêter à 17h, c’est tout simplement du sabotage. Mais, les populations sont venues nombreuses crier leur ras-le-bol, leur mécontentement face au non respect des engagements pris par le gouvernement. Nous disons non à la dictature et nous exigeons du gouvernement la libération de nos frères mis sous mandat de dépôt».

Mamadou Diop De croix
« Nous sommes satisfaits de la marche. Nous allons constituer des comités  de résistance populaire afin de contrôler les actions du gouvernement.  Nous exigeons la tenue des promesses électorales. La vie chère. »

Propos recueillis
par Cissé Amar (Stagiaire)

Denise ZAROUR MEDANG

In the Spotlight

LE GHANA « SORT DU FMI » ET RESTE DEBOUT

by bishba in Economie 0

Le Ghana a surpris en claquant la porte au FMI, principal régulateur institutionnel de la finance internationale. Il se prive ainsi d’une manne qui lui tendait les bras. Il se devait donc de vite trouver [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*