MARCHE – Pour l’arrêt des assassinats de migrants : L’Ong horizon sans frontière rumine sa colère dans la rue

Mankeur Ndiaye ministres des affaires etrangeres du senegal

mankeur ndiayeAprès plusieurs cas d’assassinat de migrants sénégalais et autres africains ces dernières semaines, l’Ong Horizon sans frontières, structure de défense, d’orientation et d’intégration dans le monde a marché samedi de la place de l’Obélisque à la Rts.

Les organisateurs ont ainsi donné de la voix pour fustiger les injustices et insister sur la prise de conscience des jeunes et des enfants, candidats aux voyages à l’étranger, avant de faire appel à toute la population pour soutenir leur mouvement.

Au cours de la marche, ils ont rendu un dernier hommage aux victimes et ont formulé des messages de soutien aux familles des victimes. Ils ont pris le cas de Ismaïla Faye, sauvagement assassiné à coups de couteaux au Maroc, le lundi 12 août passé, alors qu’il se rendait au mausolée de Cheikh Tidiane Chérif à Fez.

C’était une marche de contestation et de protestation, au cours de laquelle également, ils ont développé des messages de plaidoyer comme : «Halte aux séries d’assassinats des migrants» ou encore «Diog diotna. Dafa doy.» Bouba­car Sèye, président de l’organisation internationale Horizon sans frontières revient ici sur le motif de la marche :

«Nous sommes aujourd’hui au Sénégal, pour instaurer l’antenne associatif du Sénégal et relancer le débat sur l’international. Nous sommes là  pour poser le débat, parce que vous savez en matière d’immigration, pour des raisons économiques et familiales, il n’y a aucune législation en matière de droit international qui protège l’intégrité physique des immigrants», a-t-il déclaré. Tout en soulignant que «sans intégration, on ne peut pas parler d’immigration. Aujour­d’hui, il faut reconnaître qu’il y a un échec de l’intégration dans le monde».

Ainsi, il a dénoncé la mauvaise gestion de l’émigration par l’Union européenne. «Le solde migratoire vers l’Europe est de 1,4 million de personnes qui entrent chaque année et décalent dans le territoire de l’Union européenne jusqu’à l’ensemble des Etats-Unis.

Donc, elle a échoué dans sa politique d’intégration, elle n’a pas pu alors imposer une politique commune à ses Etats membres, comme l’immigration est  un facteur social et économique», a déclaré M. Sèye. Avant d’interpeller la conscience universelle, pour qu’il y ait  un cadre de débats et de dialogues sur les migrations internationales et demander la restitution du débat dans un contexte mondial de mobilité croissante des populations.

Etant donné que chaque année, il y a plus de 800 millions de personnes  qui franchissent une frontière, selon lui, «il faudrait renforcer les processus d’intégration culturel et structurel, dans le monde». Boubacar Sèye a rappelé et demandé la prise en compte de «l’Afrique occidentale, qui regroupe plus de 42% d’émigrants intra–africains.» «Nous enregistrons 16 ,5 millions de migrants en Afrique et avec la crise ivoirienne, le Sénégal est devenu une mo­saïque multiculturelle», a-t-il indiqué.

Pour ce qui concerne l’impact financier des migrants sénégalais, M. Sèye fait savoir qu’ils demeurent le plus gros bailleur de l’Etat du Sénégal avec plus de 1000 milliards de franc Cfa et représentent un gros poids électoral parce qu’ils ont eu à renverser des tendances électorales et font élire des Présidents.

  • Écrit par  Par Aïssatou Mbene COULIBALY Stagiaire

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*