MAURITANIE Violations des procédures judiciaires lors du procès des militants de l’Ira : La délégation de l’Ue demande une enquête approfondie

imagesMAURITANIE Violations des procédures judiciaires lors du procès des militants de l’Ira

La délégation de l’Ue demande une enquête approfondie

13 militants de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (Ira) ont été condamnés à des peines allant de 3 à 15 ans de prison ferme la semaine dernière. Suffisant pour que la Communauté internationale réagisse face à ce verdict jugé «sévère». Préoccupée par «les allégations crédibles de graves violations des procédures judiciaires», la délégation de l’Union européenne demande aux autorités de ce pays «d’ouvrir une enquête approfondie sur ces questions».

La condamnation en Mau­ritanie de plusieurs membres de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (Ira) la semaine dernière à des peines allant de 3 à 15 ans de prison ferme continue de susciter des réactions. La dernière en date est celle de la délégation de l’Union européenne en Répu­blique Islamique de Mau­ritanie. Dans un communiqué, elle se dit préoccupée par «les allégations crédibles de graves violations des procédures judiciaires, aussi bien dans le cadre de la législation mauritanienne que de la Convention internationale contre la torture, à laquelle la Mauritanie a adhéré ». Pour tirer au clair cette affaire, les chefs de mission de l’Ue dans ce pays demandent «aux autorités mauritaniennes d’ouvrir une enquête approfondie et urgente sur ces questions, y compris les allégations de torture». «Nous continuons à suivre de près ce dossier, y compris ses aspects judiciaires. L’exercice d’une justice équitable est essentiel pour le respect de l’Etat de Droit et le maintien de la paix sociale. L’Union européenne rappelle son attachement au respect des droits de l’Homme en général et des droits d’association et de manifestation pacifique et de la liberté d’expression en particulier», a-t-on fait savoir dans ce document.
Dans la même veine, la délégation de l’Ue a souligné «le rôle clé des défenseurs des droits de l’Homme pour promouvoir la démocratie et le respect du droit». D’ailleurs, d’après ces représentants de l’Ue «dans les circonstances actuelles il est particulièrement important que l’Etat et toute la société civile mauritanienne continuent à travailler ensemble». De l’avis de la délégation de l’Ue c’est un gage pour «renforcer l’unité nationale et éliminer toute forme de discrimination et d’exclusion, notamment l’esclavage et ses séquelles».  «L’Union européenne est prête à travailler avec tous les acteurs intéressés pour soutenir la cohésion sociale et l’harmonie entre toutes les communautés de la Mauritanie», a-t-on déclaré.

Lequotidien

Ndèye Coumba BABOU

Stagiaire

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*