Me Sidiki Kaba : « La population carcérale est passée de 23.700 en 2002 à 36.168 en 2014»

sidiki-kaba-4028Le ministre de la Justice, Garde des sceaux, Me Sidiki Kaba a effectué la pose de la première pierre de l’Ecole nationale d’administration pénitentiaire (Enap) et de la Maison d’arrêt et de correction (Mac) de Sébikotane, ce lundi 26 janvier, en présence du Directeur de l’administration pénitentiaire, Cheikh Tidiane Diallo.
Lors de cette cérémonie, il a annoncé que la population carcérale croit exponentiellement au Sénégal. En effet, elle est passée de 23.700 en 2002 à 36.168 détenus en 2014. Face à cette situation, le Sénégal s’est engagé à accroitre les infrastructures pénitentiaires afin de lutter contre cette surpopulation carcérale.
De l’avis du ministre, depuis 1863, le Sénégal n’a pas réalisé d’infrastructures pénitentiaires. Toutes les prisons existantes datent presque de l’époque coloniale, notamment celle de Saint-Louis construite en 1863, celle de Rebeuss en 1929 et celle du Camp pénal de liberté VI réalisée en 1944. Selon Me Sidiki Kaba, la construction d’une Maison d’arrêt pour délocaliser Rebeuss est un événement refondateur car, «une prison n’est pas seulement un bâtiment, c’est un instrument de réadaptation, de rééducation, de formation et de préparation à la réinsertion sociale».
Me Sidiki Kaba a aussi souligné que la réalisation de ces deux infrastructures pénitentiaires apportera des réponses pertinentes aux recommandations du groupe de travail à l’issue du deuxième passage du Sénégal lors des examens périodiques universels tenu à Genève le 21 octobre 2013. Avant de préciser que «les détenus demeurent des citoyens. Excepté le droit d’aller et de venir, tous les autres droits afférents à la dignité humaine sont reconnus aux citoyens et doivent être respectés». Il s’agit, pour lui, de «construire ensemble une nouvelle idée de l’administration pénitentiaire».
Le chef de la justice sénégalaise a également annoncé que la modernisation de la justice passe par la construction d’infrastructures pénitentiaires. Un projet qui sera étendu aux régions. Soulignant que «les prisons sénégalais sont vétustes et ne remplissent pas les conditions exigées pour le respect de la dignité humaine», Me Kaba estime que cette Maison d’arrêt et de correction de Sébikotane va permettre de désengorger les prisons de Dakar. Elle permettra aussi aux détenus de purger leur peine et de préparer leur réinsertion sociale.
De l’avis de Me Sidiki Kaba, la réalisation de ces deux infrastructures va contribuer à la création d’emplois pour les jeunes, notamment celles de la commune de Sébikotane.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*