ME WADE REMPORTE LA PREMIERE MANCHE

wade_souriant1Abdoulaye Wade et ses alliés auraient-ils remporté la première manche de leur bras de fer avec le parti au pouvoir, relativement à leur meeting envisagé pour le 21 novembre ? On pourrait bien le croire, après l’autorisation préfectorale octroyée au Front patriotique pour la défense de la République (Fpdr) hier, mardi 18 novembre, pour l’organisation du dit meeting, de 14h30 à 18h45 à la Place de l’Obélisque. Une autorisation qui vient décrisper les ardeurs des uns et des autres, histoire de désamorcer le cocktail explosif, tant craint pour ce vendredi 21 novembre. Dans la foulée, Mamadou Diop Decroix et cie ont promis pour vendredi prochain «un rassemblement du peuple», et ont appelé l’ensemble de la population à venir exprimer sa déception et son opposition au régime de Macky Sall.

Ceux qui étaient foncièrement opposés une quelconque manifestation du Pds et de ses alliés, à quelques encablures du XVième Sommet de la Francophonie, prévue du 29 au 30 novembre prochain à Diamniadio, n’ont qu’à déchanter. Le Front patriotique pour la défense de la République (Fpdr), fort des partis de l’opposition, a reçu son ticket hier, mardi 18 novembre, des mains du Préfet de Dakar, pour l’organisation du «grand meeting» du Pds et de ses alliés. Selon Mamadou Diop Decroix, membre dudit front, non moins leader de l’Aj, «on en a beaucoup parlé, mais aujourd’hui nous pouvons dire qu’officiellement que l’administration et nous, sommes tombés d’accord pour tenir le meeting dans les règles de l’art». Se référant à toute la polémique qui a entouré l’organisation du meeting, et au «pouls tâté du peuple sénégalais», Mamadou Diop Decroix a dit s’attendre à «un rassemblement du peuple au delà du Front patriotique pour la défense de la république». A l’en croire, «l’ensemble des couches sociales de notre pays, confrontées aujourd’hui aux difficultés de toutes sortes et à la déception vis-à-vis du président de République, Macky Sall, se retrouveront là-bas pour exprimer leurs préoccupations».

Il faut noter qu’avec cette autorisation préfectorale, le tollé soulevé tous ces derniers temps-ci par le «supposé arrêté» du gouverneur de Dakar, Cheikh Tidiane Ndoye, démenti par ce dernier, et qui avait fini d’envenimer l’espace politique sénégalais, vient d’être clos. A la grande satisfaction des libéraux comme Modou Diagne Fada, patron du Groupe parlementaire de l’opposition, qui a salué la levée de boucliers qui a accompagné cette affaire d’autorisation ou non du meeting. A l’en croire, «l’opinion publique, les organisations de la société civile, tout comme des partis politiques appartenant à Bennoo Bokk Yaakaar, et même des chefs coutumiers, ont pris fait et cause pour nous». Une manière, pour lui, de considérer que la lutte pour la démocratie est très partagée par l’ensemble des acteurs de la vie publique nationale. Selon lui, «le soutien de tous les Sénégalais, épris de justice, a finalement eu raison du préfet et du gouvernement».

Le Fpdr, par la voix de Mamadou Diop Decroix, informe enfin que des garanties ont été reçues de l’administration pour l’encadrement de la manifestation. Il a ainsi lancé un appel à «tous les Sénégalais à venir prendre part au meeting à ne pas rater».

LES ORGANISATIONS SYNDICALES ET CIE DU FPDR, DANS LA MELEE

A l’instar du Comité directeur du Pds, du Front patriotique pour la défense de la république, tout comme des jeunes étudiants libéraux, la Commission chargée des organisations syndicales et des mouvements sociaux du Pds entend également apporter sa partition à l’organisation du meeting du 21 novembre. En assemblée générale hier, mardi 18 novembre, Bakhaw Diongue, coordonnatrice de ladite commission, et non moins secrétaire général du Cnts/Fc, a déclaré que le but de la rencontre est de «recenser tous nos problèmes et revendications d’ordre spécifique et général, pour préparer un document solide à remettre aux responsables du Front et surtout à notre secrétaire général, le Président Abdoulaye Wade, qui aura une déclaration très importante à faire le jour du meeting». A l’en croire, ladite commission compte une trentaine d’organisations syndicales et une dizaine de mouvements sociaux.

Allant dans le même sens, Ibra Diouf Niokhobaye, secrétaire général de la Confédération démocratique des travailleurs du Sénégal (Cdts), a indiqué «qu’il s’agit de préparer activement le meeting du 21 novembre au boulevard du Général De Gaulle avec toutes les composantes de la nation et de décliner toutes nos revendications». A l’en croire, une dégradation a été constatée au niveau de tous les secteurs d’activité du pays. Une occasion pour lui de lancer un appel, non seulement à l’endroit de ses camarades travailleurs, mais aussi à toutes les composantes de la nation, à venir «écouter le président de la République Abdoulaye Wade pour indiquer la voix à suivre pour enrailler cet enlisement de l’Etat».

Jean Michel DIATTA

SudQuotidien

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*