Médiation dans le conflit algéro-marocain : Macky dans le désert du Sahara

Abdelaziz Bouteflika et Macky SallMacky Sall a décidé de pacifier les relations diplomatiques entre Rabat et Alger. Il a profité de sa rencontre hier avec Abdelaziz Bouteflika pour poser les premiers jalons d’une médiation, qui devrait aboutir à la réconciliation entre les deux pays frères. Ce qui, pour la forte communauté Tidiane du Sénégal, ne pourrait être que bénéfique. 

Le Président Macky Sall en visite en Algérie, a mis à profit sa présence dans ce pays pour entamer une médiation entre les deux frères ennemis, l’Algérie et le Maroc.

D’ailleurs, des membres de la délégation qui l’accompagne à Alger ont assuré que hier, au cours de l’entretien en tête à tête qu’il a eu avec le Président Abdelaziz Bouteflika, le Président Sall a soulevé la question des relations entre les deux voisins du Maghreb, et de la manière de les faire revenir à de meilleurs niveaux de compréhension. Selon les mêmes personnes, le chef de l’Etat algérien s’est montré totalement ouvert à une médiation du Sénégal, et décidé à lui apporter tout son concours. 

Il faut dire que le Sénégal a quelque part aussi, un intérêt égoïste à des meilleures relations entre les deux pays maghrébins. En effet, la forte communauté Tidianedu Sénégal ne pourrait que se réjouir des relations pacifiées entre les deux pays, qui tous les deux, peuvent revendiquer une part de l’héritage de Cheikh Ahmed Tidiane Chérif, le fondateur de la tarikha tidiane, l’une desplus importantes du Sénégal.

C’est d’ailleurs dans ce sens qu’il faut comprendre la forte présence de dignitaires religieux tidianes qui ont été embarqués dans la délégation présidentielle. Cette dernière compte d’ailleurs se rendre dans son ensemble en pèlerinage à Aïn Madhi (ou Aïnoumady), le lieu de naissance de Cheikh Ahmed Tidiane Chérif. 

Nombre des pèlerins qui se rendent à Fez, au Maroc, au tombeau du vénéré Chérif, auraient bien souhaité pouvoir prolonger leur voyage jusqu’à son lieu de naissance en Algérie.

Malheureusement, depuis une quarantaine d’années environ, les frontières terrestres entre les deux pays sont fermées, et la circulation y est particulièrement surveillée. Si les deux pays parvenaient à assouplir certaines mesures, notamment celles portant sur la libre circulation des biens et des personnes, il va sansdire que de nombreux pèlerins Tidianes ne pourraient que s’en féliciter. 

Il reste maintenant à voir comment la médiation sénégalaise vase dérouler dans les jours à venir, et pour quels résultats en fin de compte.

Mohamed GUEYE

mgueye@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*