MEETING INTERNATIONAL D'ATHLETISME DE DAKAR Mamadou Kassé Hanne sauve l'honneur du Sénégal

Mamadou Kassé HanneHeureusement pour le Sénégal, qu’il était là. Mamadou Kassé Hanne a sauvé l’honneur de son pays en montant sur la plus haute marche du podium, après la finale des 400 mètres haies qu’il a remporté haut la main, en 48 sec 99.

Face à une cascade de forfaits et d’absence d’athlètes sénégalais notamment Ndiss Kaba Badji (blessé), Ndèye Fatou Soumah (partie aux Etats-Unis), Amy Mbacké Thiam (différend financier avec l’instance fédérale), Amy Sène (problème de vol ?), le public du stade Léopold Sédar Senghor a pu compter sur Mamadou Kassé Hanne pour sauver son honneur lors du meeting international de Dakar hier, mercredi 12 juin.

Sur les 15 disciplines en lice, seul le spécialiste du 400 mètres haies a réussi se hisser sur la plus haute marche du podium devant les autorités politiques et sportives.

Lancé dans le couloir 4, le sociétaire de Montpellier Agglo Athletic Méditerranée n’a fait qu’une bouchée de ses adversaires français, algérien, australien et allemand. Il réalise le tour de piste en 48 sec 99. Un chrono qui est loin de sa meilleure performance cette année. Pour rappel, il détient la 5ème meilleure performance de l’année, réalisée aux derniers championnats interclubs de Villeneuve (France), en 48 sec 80, le 20 mai dernier.

Ivre de joie, l’ancien sociétaire du Centre international d’athlétisme de Dakar (CIAD) soutient avoir «réalisé une bonne perf surtout avec le temps». Qualifié pour les joutes internationales prévues du 10 au 18 août prochain à Moscou, Kassé Hanne refuse de s’enflammer.

«Aux championnats du monde 2013, mon objectif, ce sera de battre mon record. Maintenant, si je parviens à atteindre la finale, ce sera un bonus», a-t-il déclaré.
«Je suis sénégalais et je le reste»

Interpellé sur une information selon laquelle, il serait sur le point de prendre une nationalité française, Mamadou Kassé Hanne, tout comme le président de la Fédération Momar Mbaye, n’a pas pu cacher son étonnement. «Je n’ai jamais tenté de prendre la nationalité française. J’ai été choqué d’ailleurs de voir une telle information dans la presse», tonne-t-il.

Et d’ajouter : «je vis seul à Montpellier et un bon matin, un ami vient me présenter un journal sur lequel, on dit que j’envisage de prendre la nationalité française. J’avoue que je ne sais même pas quoi dire. Je suis sénégalais et je le reste».

Par ailleurs, il a aussi fustigé le manque d’intérêt des autorités envers les athlètes. «Cette année, ça a été dur pour moi. En un certain moment, j’avais même arrêté l’athlétisme. Parce que je faisais une formation. C’était devenu insupportable. J’ai alors demandé une bourse à mon pays, on m’a répondu qu’il n’y a pas de bourses à donner. Mais, par la grâce de Dieu, j’en suis bien sorti avec mes maigres moyens et avec l’aide de mon entraîneur», a-t-il confié.

Rappelons qu’aux JO de Londres, il a été le seul athlète sénégalais à atteindre les demi-finales.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*