MENACE DE MORT, INSULTE DE PERE ET DE MERE Latif se réserve le droit de porter plainte contre X

Abdoul Latif Coulibaly, ministre de la Promotion de la Bonne Gouvernance et des Relations avec les Institutions, Porte-parole du gouvernement
Abdoul Latif Coulibaly, ministre de la Promotion de la Bonne Gouvernance et des Relations avec les Institutions, Porte-parole du gouvernement
Abdoul Latif Coulibaly, ministre de la Promotion de la Bonne Gouvernance et des Relations avec les Institutions, Porte-parole du gouvernement

Insultes de père et de mère, menaces de mort reçues sur ses deux lignes téléphoniques, voilà à quoi est soumis, depuis le lundi 7 octobre 2013, le quotidien d’Abdoul Latif Coulibaly, ministre de la Promotion de la Bonne Gouvernance et des Relations avec les Institutions, Porte-parole du gouvernement, suite à son intervention  dans les médias en vue  de préciser la position du gouvernement sur l’affaire opposant les héritiers de Serigne Saliou Mbacké à Dangoté.

Aussi se réserve-t-il le droit de porter plainte contre X en ayant pris le soin de bien relever les numéros de téléphone de ses contempteurs anonymes. C’est ce qu’il nous a révélé hier mardi, après notre tentative de recueillir sa réaction à la déclaration de Serigne Modou Mbacké (petit-fils de Serigne Abdoul Lahat Mbacké). Face à ce qu’il considère comme une sortie irrévérencieuse du ministre,  Serigne Modou Mbacké a lancé un appel. Ainsi dira t-il : ” Nous demandons à tous les Mourides de considérer Latif Coulibaly comme un ennemi du mouridisme  et de lui régler son compte” (Voir Walfadjri du 14 octobre 2013).

Qu’est ce qui se cache derrière cela ? Difficile de croire à un appel au lynchage. Mais nul ne sait, avec les réactions incontrôlées… Dans une République démocratique et laïque, aucun règlement de compte individuel ou collectif n’est acceptable, car s’inscrire dans une telle démarche  est la porte ouverte à toutes les dérives possibles. On sait qu’une simple rumeur peut  déclencher les réactions les plus  meurtrières.

Certes comparaison n’est pas raison mais pour qui se souvient de ce qui s’est passé en 1999 lors du conflit sénégalo mauritanien ou plus près de nous en Guinée Bissau, où des individus ont été  livrés à la vindicte populaire, il n’est pas difficile de saisir toute l’importance qu’il y a à ne pas dresser une communauté contre une autre,  encore moins contre une personne.
Le Sénégal est une République. Ce qui veut dire que tous les citoyens y naissent libres et égaux en droit.

Que la justice est là pour tous et constitue la seule voie de recours légitime. Elle seule est habilitée à arbitrer des différends. Loin de régler des comptes, ce qui suppose une volonté revancharde opérant dans une logique de vendetta, il lui revient plutôt d’apprécier en toute impartialité et en toute sérénité une situation qui lui est présentée. Sans rancœur et nulle passion, mais mue par la sagesse et la distance qui permet d’apprécier une situation conformément aux lois en vigueur.

Alors, sachons raison garder en refusant de se laisser aller à quelque débordement que ce soit. L’Etat républicain et laïque est là pour garantir en toute impartialité la sécurité des biens et des personnes. Il n’est donc dans l’avantage de personne de dresser une communauté contre un individu au regard des conséquences que cela peut engendrer.

Vieux SAVANE Sudonline

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*