MESURES ADMINISTRATIVES EN PERSPECTIVE DU SOMMET DE LA FRANCOPHONIE DAKAR SENS DESSUS-DESSOUS

la police_senA quelques semaines du 15 sommet de la Francophonie prévu le 29 et 30 novembre 2014, à Dakar, nombre de mesures sont prises par les autorités administratives , à presque tous les niveaux, pour assurer un bon déroulement d’un évenement qui verra la participation de plusieurs personnalités parmi lesquels plus d’une cinquantaine de chefs d’Etats et de gouvernements.

De la “restriction momentanée de la liberté de manifester” jusqu’au report du procès de Karim Wade et ses co-prévenus en passant par le désengorgement de la voie publique. Le temps d’organiser un sommet.

Le ton monte entre le pouvoir et l’opposition à quelques semaines de l’organisation du sommet de la Francophonie. Et pour cause, l’opposition regroupée autour du Front patriotique pour la défense de la République (Fpdr) n’entend pas cautionner une violation de ses droits constitutionnels à l’occasion d’un sommet associant plusieurs personnalités venues de l’extérieur.
Du côté des autorités administratives (Président de la République, Ministre de l’intérieur et de l’administration territoriale compétente), on n’envisage pas de donner une licence d’exercice des libertés publiques. L’arrêté pris par le Gouverneur de la région de Dakar, Cheikh Tidiane Ndoye, entre dans le sens de cette limitation des droits garantis par la constitution à travers l’interdiction des manifestations dans toute la région de Dakar du 10 novembre jusqu’au 5 décembre.
Pendant ce temps, l’opposition continue de verser dans la radicalisation et appelle tous les citoyens à se lever pour le respect des dispositions constitutionnelles garantissant l’exercice des libertés publiques.
D’ailleurs, certaines organisations des droits de l’homme n’ont pas manqué de fustiger la tentative de restreindre les libertés garanties par la charte fondamentale.
Désengorgement  de la voie publique
L’appel du Président de la République, Macky Sall aux Maires des villes et communes de la Région de Dakar, à prendre toutes les mesures idoines pour une meilleure propreté des artères de la capitale, n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Puis que les élus locaux ont répondu favorablement à cette demande en procédant depuis quelques jours à des opérations de déguerpissement sur la voie publique.
En attendant le déguerpissement des occupants de la voie publique à Yoff, pour l’heure les marchands ambulants de Petersen dont la présence gênait la voie publique, ont vidé les lieux. Se joignant à l’appel, le ministre du Cadre de vie Diéne Farba Sarr annonce que Dakar sera embelli pour accueillir ses hôtes.
Le report du procès de Karim et co-prévenus jusqu’au 1er décembre
La machine judiciaire relative à la traque des biens supposés mal acquis n’est pas épargnée. Déjà le limogeage d’Alioune Ndao à la tête du parquet spécial à quelques jours du sommet de la Francophonie et de son remplacement par Cheikh Tidiane Mara, a engendré le report du procès jusqu’au 1er Décembre.
Le temps de permettre au nouveau venu de s’imprégner du volumineux dossier de 40.000 pages. Mais pour certains, une telle mesure viserait à créer un climat de stabilité judiciaire dans la capitale en attendant le retour de nos hôtes.
In the Spotlight

Le déminage en Casamance ne fait pas l’unanimité

by bishba in SOCIETE / FAITS DIVERS 0

Au sud du Sénégal, les opérations de déminage de la Casamance ont repris depuis le 27 février 2019. Tout s’est arrêté après l’enlèvement de cinq démineurs mardi 14 mai. La perspective d’une reprise des activités [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*