Meurtre De Thierno SOW, Ce Samedi, À Rufisque : Un Suspect Arrêté, D’autres En Cavale

Un berger du nom de Thierno Sow a été tué par balle, samedi, par des individus se réclamant disciples du marabout Serigne Modou Kara Mbacké. Pour l’heure, un seul suspect est mis aux arrêts par la brigade de Sangalkam.

Rufisque a rompu le jeûne dans l’émoi et la tristesse. En effet, un Baye Fall dont on ignore pour le moment le nom a sorti comme dans un western son arme, pour tirer à bout portant sur un jeune berger qui regagnait son village, avec son troupeau, après des heures de durs labeurs. Il était 17 h, quand Thierno Sow, 26 ans, marié et père de deux enfants, revient au village de Dény Sud, après une journée de recherche de pâturage. Passant devant le jardin de Serigne Modou Kara, il sera interpellé par un groupe de Baye fall qui loge dans le jardin.

Après quelques échanges de propos aigres- doux, s’en est suivi une vive altercation entre le berger et les Baye Fall. Mais vu la résistance dont faisait montre l’éleveur, l’un des Baye Fall sort une arme et tire deux coups qui atteindront le jeune berger d’abord à la jambe, puis à l’abdomen. Malgré son cri, les Baye Fall le torturèrent pour enfin le garder dans leurs locaux plus de deux tours d’horloge. Constatant la perte de beaucoup de sang du berger, les assaillants décident alors de l’évacuer au poste de santé le plus proche, à Bambilor. Mais Thierno rendra l’âme en cours de route. Là, l’infirmier qui se voyait incapable de gérer la situation, demande le transfert du corps à l’hôpital Youssou Mbargane Diop. Le médecin chef enregistrant aussi la mort du berger l’envoie à l’hôpital général de Grand-Yoff.

Aussitôt après le meurtre, la gendarmerie avertie a effectué une descente dans le verger de Modou Kara, pour cueillir le présumé meurtrier. Au même moment, ses complices dont on ignore le nombre prennent la poudre d’escampette. Les blessés passent par l’hôpital Youssou Mbargane pour se soigner avant de disparaitre dans la nature. Le meurtrier, lui, séjourne à la brigade de Sangalkam, en attendant la suite de l’enquête. Chez la communauté Peulh de la commune de Bambilor, c’est la consternation. Venus en masse à l’hôpital Youssou Mbagrane, jusque tard dans la nuit, les habitants du village de Dény Sud crient leur colère et demandent que justice soit faite. «Ce n’est pas la première fois qu’un tel incident arrive dans cette localité et personne ne lève le droit. Nous demandons à l’Etat de punir ces Baye Fall, sinon, nous le ferons à sa place. Nous ne cautionnerons pas l’impunité, trop c’est trop», lance Mody Sow, oncle de la victime. Pour cet autre parent de la victime, à plusieurs reprises, ils ont évité des problèmes, suite aux nombreuses menaces de ces Baye Fall, dans cette localité. Les autorités ont été saisies sans aucune réaction normale. «Voilà que le pire est arrivé, nous n’accepterons plus que l’on soit tué sans justice», déclare Mamadou Sow. Le maire de la commune était également venu, s’enquérir de la situation, mais aussi calmer les populations.

In the Spotlight

Voici la chronique du 19 juin 2019

by bishba in CONTRIBUTION 0

Related Posts:DIRECT Alain Juppé : «Une fois pour toutes, je ne…Donald J. Trump ou le délire du dément (par Abou…Direct - Emmanuel Macron : «Je mettrai tout mon soin…17 novembre 1986 : La joute verbale [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*