Meurtres de femmes : Amsatou Sow Sidibé compare le Sénégal à «l’Arabie antéislamique où l’on enterrait les filles vivantes »

«Il faut qu’il y ait une sorte de ndeup national pour mettre dans la tête des sénégalais que les filles et les femmes sont des personnes. Je demande qu’il y ait des concertations approfondies sur les causes, les conséquences et sur les mesures à prendre», a plaidé l’universitaire Amsatou Sow Sidibé. Qui condamne avec fermeté, la recrudescence des meurtres de femmes au Sénégal, ces derniers jours. Une situation qui lui rappelle l’Arabie antéislamique où les filles étaient enterrées vivantes.

«Nous avons l’impression, dit-elle, d’être à la période antéislamique où l’on enterrait les filles vivantes, d’être en cette période aussi de droit romain où le pater familial avait le droit de vie et de mort sur les femmes et les enfants et malheureusement on note que l’Etat ne fait pas grand-chose alors que ces filles et ces femmes sont des personnes humaines qui méritent protection», réagit Professeur Amsatou Sow Sidibé sur Rfm, reprise par Sud quotidien.

Non sans formuler quelques regrets : « Les filles souffrent dans notre pays. La société sénégalaise est très discriminante vis-à-vis des filles et des femmes».

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*