MINISTERE DE L'ENVIRONNEMENT Ali El Haïdar passe le témoin à Mor Ngom

Le nouveau ministre de l’Environnement et du Développement durable, Mor Ngom a été officiellement installé dans ses fonctions. La cérémonie de passation de service avec son prédécesseur Ali El Haïdar a eu lieu hier, lundi. Lors de la cérémonie, le nouveau ministre de l’Environnement a plaidé pour des relations « apaisées » avec tous les acteurs du secteur.mor_ngom_3

Initialement prévue pour 16 heures, c’est finalement aux environs de 17 heures 30 minutes que la cérémonie de passation de dossiers entre le nouveau ministre de l’Environnement et du Développement durable, Mor Ngom et son prédécesseur Ali El Haïdar, promu au département de la Pêche et des Affaires maritimes, a eu lieu hier, lundi, dans les locaux de ce ministère. Le nouveau patron du département de l’Environnement a tendu la main à toutes les parties et acteurs de son département pour une « relation de fraternité pour le bien de ce secteur ».

Comme feuille de route de son action à la tête de ce département où, la pression des « lobby » serait d’actualité, Mor Ngom a assuré qu’il privilégiera l’approche inclusive et la démarche prospective « pour l’intérêt supérieur de l’Etat ». La cérémonie a été marquée par une grande mobilisation du personnel civil et paramilitaire qui sert dans ce département ministériel. Ces derniers (paramilitaire) ont même assuré une mini parade à l’endroit de ces deux autorités dans l’enceinte dudit ministère sis à hann.

L’émotion était au rendez-vous lors de cette passation de service qui marque ainsi la fin de dix-huit mois de compagnonnage et collaboration entre le ministre Ali El Haïdar et ses anciens collaborateurs dans l’administration. «Personnellement, je le connais depuis 2008. On a travaillé ensemble dans le premier projet pilote d’implantation de la mangrove dans les vallées de la Casamance et du Saloum. Il est resté l’homme de terrain que j’ai rencontré en 2008 et ce jusqu’à hier, la veille de cette cérémonie. C’est quelqu’un qui est proche de ses administrés, il aime le terrain. Je peux même vous assurer qu’il connait mieux le terrain que certains de ces conseillers», a témoigné le capitaine Pathé Baldé, chef de la Division formation et communication.

«Depuis, qu’il est là, je peux vous assurer qu’il a fait bouger beaucoup de choses. Sur le plan interne, (…) c’est grâce à lui que nous avons obtenu l’amélioration de nos conditions de travail», a attesté un autre agent sous le couvert de l’anonymat. Dans le même sens que ces deux collègues, Alioune Badara Kane assure pour sa part que le seul regret qu’il ressent c’est le départ de son ancien patron à la tête de ce département.

De son côté, Ali El Haïdar a qualifié sa mutation du département de l’Environnement pour celui de la pêche de sacrée promotion. «Je ne regrette rien, j’ai fait ici presque dix-huit mois durant lesquels je n’ai quasiment pas pris de week-end. J’ai continué à travailler même après ma mutation jusqu’à avant-hier». Et de poursuivre, «La pêche est le deuxième pôle économique du Sénégal. C’est donc une sacrée promotion pour moi. Le ministère de la Pêche est un nouveau challenge et j’ai hâte de sortir ma canne et d’aller pêcher avec les pêcheurs sénégalais».

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*