MINISTERE DE L’INTERIEUR Le retour du politique

L’opposition d’alors, aujourd’hui au pourvoir, avait contesté la nomination d’un politique, en l’occurrence Me Ousmane Ngom, à la tête du ministère de l’Intérieur. Les membres de l’opposition de l’époque, dont la majorité est dans le Bokk Yakar,  avaient contesté l’arrivée de celui qui avait, en tant que ministre l’Intérieur, organisé l’élection présidentielle de 2007. Une élection contestée par l’opposition, qui avait d’ailleurs boycotté les législatives de la même année. Il est nommé à nouveau à moins de deux ans de la présidentielle de 2012, alors que le contentieux de 2007 n’a toujours pas été vidé.abdoulayedaoudadiallo

Comme si l’opposition d’alors n’a pas retenu la leçon, car dès son arrivée au pouvoir au soir du 25 mars, Macky Sall va nommer Mbaye Ndiaye au ministère de l’intérieur, chargé d’organiser les élections. Les libéraux n’ont pas manqué de relever ce fait. Une partie de l’opinion s’en était offusquée. Mbaye Ndiaye sera limogé pour «incompétence».

Cette fois-ci Macky Sall va confier le ministère de l’intérieur au général Pathé Seck. Ceux qui se sont attachés à la transparence des élections ont applaudi, en voyant un non politique à l’Intérieur. Mais avec le remaniement ministère qui a propulsé Mme Aminata Touré à la tête du gouvernement, Macky Sall a encore choisi un politique : un militant de la première heure de l’Alliance pour la République (Apr) : Abdoulaye Daouda Diallo.

Est-on en droit de réagir comme l’avait fait, le chargé de la Communication adjoint du Parti socialiste. Abdoulaye Wilane, à l’occasion de la nomination de Me Ousmane Ngom au ministère de l’intérieur, dans le régime libéral de Me Wade : « Me Ousmane Ngom à l’Intérieur n’est ni plus, ni moins qu’une tentative de préparer des fraudes électorales », dit-il. Et d’ajouter :  « Si Abdoulaye Wade veut la paix, la quiétude et la stabilité dans ce pays au lendemain de l’élection présidentielle en 2012, qu’il démette Ousmane Ngom. Personne ne lui fait confiance aussi bien dans la mouvance présidentielle que dans l’opposition», a déclaré Wilane.

La nomination d’Abdoulaye Daouda Diallo obéit-elle à la même logique ?

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*