MOMAR MBAYE, PRESIDENT DE LA FEDERATION SENEGALAISE D’ATHLETISME «KASSE HANN A ETE INELEGANT, IRRESPECTUEUX ET DELOYAL»

ath_fsa_momoar_mbayeInélégante, irrespectueuse, déloyale. C’est ainsi que le président de la Fédération sénégalaise d’athlétisme, Momar Mbaye a qualifié la décision de Mamadou Kassé Hann, spécialiste du 400 mètres haies de courir désormais sous les couleurs françaises. En réunion hebdomadaire, hier, lundi 13 octobre 2014, le bureau fédéral a décidé de faire appliquer le règlement de l’IAAF dans toute sa rigueur. Ce qui voudrait dire que le Rufisquois ne va pas prendre part aux Mondiaux de Pékin (2015), ni aux JO de Rio (2016).

C’est un Momar Mbaye, très en colère contre la décision de Mamadou Kassé Hann de courir désormais sous les couleurs françaises que nous avons eu au téléphone, hier, lundi 13 octobre, en marge de la réunion hebdomadaire du bureau de la Fédération sénégalaise d’athlétisme.
Furieux contre le choix du désormais ex-athlète sénégalais, spécialiste de 400 mètres haies, le président de l’instance fédérale martèle. «Il (Mamadou Kassé Hann, Ndlr) nous a mis devant le fait accompli. Mais, ce qu’il faut retenir sur cette affaire, c’est que sa démarche a été très déloyale, irrespectueuse et inélégante», tonne Momar Mbaye connu pourtant pour son calme.
«Parce que même récemment, ajoute-t-il, il nous a mobilisés autour de sa manifestation à Rufisque, alors qu’il savait pertinemment qu’il avait fini de prendre sa décision pour changer de nationalité». «Ce n’est pas respectueux !, s’exclame-t-il.  Il oublie que s’il est arrivé à ce niveau, c’est grâce au Sénégal. Nous avons beaucoup investi sur lui».
A entendre le président Momar Mbaye, Kassé Hann ne peut pas compter sur lui pour courir de sitôt sous les couleurs françaises. «Ce qui nous reste à faire, c’est de laisser parler le règlement» (voir ailleurs), souligne-t-il.
Interpellé sur la nouvelle réglementation qui pourrait pourtant ramener les délais de trois ans à douze mois, Momar Mbaye s’emporte : «ça ne nous intéresse pas. Il nous a mis devant le fait accompli et personne n’est venu nous dire quoi que ce soit. C’est inélégant, irrespectueux et déloyal. Le règlement est là, et il sera appliqué dans toute sa rigueur. En tout cas, il ne faut pas compter sur moi, pour négocier quoi que ce soit !»
Quid du manque de soutien de l’Etat vers l’athlète ? Là, également, Momar Mbaye s’inscrit en faux contre les arguments souvent brandis Mamadou Kassé Hann. «C’est faux ! C’est absolument faux ! Il ne peut pas se permettre de justifier sa décision par un manque de considération. S’il y a un athlète qui a été bien aidé, appuyé, c’est Kassé Hann. Je détiens tous les documents».
Et d’ajouter : «Nous savons ce que l’Etat du Sénégal a fait pour lui. Nous savons ce que le Comité national olympique et sportif sénégalais a fait pour lui. Sans occulter ce que Mamadou Diagna Ndiaye (président du CNOSS, Ndlr), a personnellement fait pour ce gosse là. Tout est passé entre mes mains. Aucun athlète n’a reçu, ce qu’il a eu».
Mieux, ajoute Momar Mbaye, «avec son niveau actuel, c’était lui-même qui devrait nous apporter des sponsors. Il ne devrait pas continuer à nous demander des moyens. Il peut juste demander un appui».
A la question de savoir s’il ne craint pas que la décision de Mamadou Kassé Hann fasse tache d’huile ? M. Mbaye répond d’une manière sèche : «Il ne sera pas le dernier à prendre une autre nationalité». «Mais, souligne-t-il, les gens devraient être reconnaissants pour tout ce que nous avons fait pour eux».
Momar Mbaye finit son réquisitoire par donner un conseil à son désormais ex-athlète. «Il aurait dû interroger l’histoire. Il aurait dû voir ce que, ceux qui ont changé de nationalité, ont gagné».
Toutes nos tentatives de joindre Mamadou Kassé Hann en France, sont restées vaines.

Abdoulaye THIAM

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*