Monsieur le Président, bouchez-vous les oreilles! Fermez les yeux! N'écoutez que votre conscience!

macky sallJ’avais décidé d’arrêter les contributions que j’envoyais aux journaux de mon pays,choqué par la réaction de quelques destinataires non consentants à qui je n’imposais rien mais avec qui je tentais d’échanger des points de vue par le biais d’une mailing list dans laquelle je me suis retrouvé moi même involontairement.

Certains d’entre eux faisant preuve d’un opportunisme inqualifiable, m’ont demandé de ne plus leur envoyer mes articles qui, selon eux, étaient destinés contre la personne du Président Macky Sall.

Quelle aberration! Rien de ce que j’ai écrit dans les cinq textes publiés par la presse sénégalaise n’a eu une telle odeur.Pour être plus clair, je suis de ceux qui souhaitent le plus ardemment au Président Sall de réussir.

L’attitude de ces quelques «membres» réfractaires de cette mailing list illustre cependant un état d’esprit qui fait aujourd’hui partie de nos tares les plus tangibles: le larbinisme érigé en règle de vie.

Parmi les «illustres» internautes qui m’ont invité à rayer leur nom de la fameuse liste, un certain Souleymane Jules Diop.
Ce sont les agissements de ce personnage haut en couleurs qui motivent mon retour sans prétention sur cette action citoyenne que constitue le fait de se servir de sa plume pour exprimer une opinion dans le débat sur les affaires de notre cité.

L’autre prétexte est né d’une sortie signée Yaxam Mbaye, un autre “alimentaire de la plume” entré lui aussi comme SJD par effraction dans le corps des journalistes.Je fais remarquer au passage que la plupart des «journalistes» à cause de qui la presse ne fait plus rêver, ne sont pas du métier.Ils n’ont fait aucune école de journalisme et sont en majorité des «bac moins» ou des «licences moins».

Madiambal Diagne ne me démentira pas! Il est lui aussi un franc-tireur professionnel qui se nourrit de chantage et de gymnastique intellectuelle de bas niveau.Le Sénégal risque de devenir par la faute de leur inconséquence et de leur inconscience, «une république de la presse» et de quelle presse!

Qu’attendent les vrais professionnels pour extirper de leur rang cette gangraine qui leur suce le sang et détruit leur image?!

Où sont les Pathé Mbodj, Mamadou koumé, Babacar Touré, Abdoulaye Ndiaga Sylla, Cheikh Tidiane Ndiaye, pour ne citer que ceux-là?

Je ferme cette parenthèse en attirant l’attention du Président de la République sur les erreurs colossales qu’il est en train de commettre en ouvrant l’espace présidentiel à des personnages comme Souleymane Jules Diop.

L’Etat est une affaire de hauteur, de rigueur et de foi.Ce n’est pas une histoire de rhétoriciens et de beaux parleurs abonnés aux formules magiques qui créent plus de problèmes qu’elles n’en résolvent.Ce garçon ne vous apportera rien de bon, Monsieur le Président. Je suis prêt à le jurer.Mais il n’est pas le seul.Abdou Latif Coulibaly non plus ne vous sera d’aucune utilité.

C’est un égocentrique aveuglé par le pouvoir qu’il considère comme une dette qu’on lui doit depuis l’avènement de Wade où il a raté le coche en ne se retrouvant ni dans l’attelage gouvernemental ni dans le cabinet présidentiel.Babacar Touré avait à l’époque préféré envoyer le très professionnel et posé Chérif El Valid Sèye (Dieu l’accueille au paradis!) dans le cercle présidentiel.La nature même de la coalition avec laquelle vous êtes en train de gouverner ne vous permet pas d’avoir la lisibilité nécessaire pour mener à bien votre programme.

C’est le mal qui vous bloque.Ce n’est pas la communication.Depuis la première Alternance politique de mars 2000, tous les problèmes que rencontrent les gouvernants sont ramenés à des questions de communication.Je regrette, mais ce n’est pas exact.

La communication (bonne ou mauvaise) n’est qu’un aspect des problèmes. Le plus important c’est de composer une équipe gouvernementale digne de ce nom constituée d’hommes et de femmes professionnellement aguerris et moralement aptes à gérer les affaires publiques.

Arrêtons, de grâce, de tout ramener à une problématique de communication!La communication, ce n’est pas du journalisme.Un bon journaliste est d’ailleurs, en règle générale, un mauvais conseiller en communication…Tenez en compte Monsieur le Président!

La polémique suscitée par les comportements du Premier Ministre Abdoul Mbaye et le fossé qui sépare ses souteneurs de ses contempteurs, révèlent toute la maladie du métier de journaliste que des troubadours invétérés ont pris en otage depuis quelques années.

Evitez de surestimer le pouvoir de la presse et de tomber dans le piège des maîtres chanteurs embusqués sous l’ombre des journaux…C’est un cercle vicieux qui risque de vous ramener sans cesse au point de départ. Je ne peux cependant pas vous dire: «Monsieur le Président, bouchez-vous les oreilles! Fermez les yeux! N’écoutez que votre conscience!».

Il est clair que la meilleure communication naîtra des résultats concrets de votre action ainsi que de celle des membres de votre équipe. Elle ne viendra ni de Souleymane Jules Diop ni d’un quelconque autre journaliste habitué plus à «fabriquer» des scoops qu’à s’occuper de messages et d’images institutionnels.

Doudou Faye Massar

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*