Nelson Mandela, héros de la lutte pour la dignité humaine, fête ses 95 ans

Le président Nelson Mandela, hospitalisé depuis quarante jours pour des complications liées à une infection pulmonaire, fête ce jeudi 18 juillet ses 95 ans. Il s’est élevé, au prix d’une lutte déterminée et de multiples sacrifices, au rang de héros de la lutte pour la liberté, la justice et la dignité humaine.nelson mandela

 Depuis 2009, l’Organisation des Nations unies (ONU) consacre cette date anniversaire comme le Nelson Mandela Day. L’homme politique lui-même demande à chacun de donner 67 minutes de son temps pour aider les autres, comme lui avait sacrifié 67 ans de sa vie au service de l’humanité et de l’idéal d’une société démocratique.

L’itinéraire de Nelson Mandela est, à de nombreux titres – politique et humain notamment – celui d’un homme d’exception, d’un monument politique qui a posé les fondations d’une nouvelle nation, sur les ruines de la funeste politique d’apartheid basée sur la hiérarchisation des races. Sous d’autres cieux et en d’autres époques, on aurait dit ‘’le père de la nation’’.

Rolihlahla Mandela est né le 18 juillet 1918 à Mvezo, dans le Transkei. Son père, Gadla Henry Mphakanyiswa, exerce les fonctions de conseiller de roi à Mvezo. Il appartient à la cour royale des Thembu, un des peuples de la nation xhosa.

Mandela fréquente le collège de Clarkebury, le meilleur établissement pour les Africains du Thembuland, intègre ensuite Fort Hare, seul centre d’enseignement supérieur pour les Noirs d’Afrique du Sud. Ce lieu de formation de nombreux futurs leaders des dominions britanniques est aussi le bastion du Congrès national africain (ANC), mouvement politique fondé en 1912 en réaction à la proclamation, deux ans plus tôt, d’un Etat fondé sur un ‘’développement séparé’’ (Apartheid).

En 1944, le jeune avocat Mandela rejoint l’ANC. Il trouve sa vocation de leader sans jamais perdre de vue que son combat ne peut être isolé de celui de son mouvement, l’ANC.

En 1949, il est dans le groupe qui convainc le président de l’ANC de créer une ligue de la jeunesse, laquelle va prendre le pouvoir au sein de l’organisation, au congrès tenu cette année-là. Les jeunes sont pour une radicalisation de la ligne de l’ANC face à la politique ségrégationniste de l’apartheid imposée par le Parti national, arrivé au pouvoir en 1948.

En 1952, Nelson Mandela est élu président de la section du Transvaal de l’ANC, et vice-président du parti. Porte-parole et leader de la Defiance Campaign, qui débute le 26 juin, il est arrêté à plusieurs reprises. Il passe quelques jours en prison et est condamné avec dix-neuf camarades en raison d’une loi qui combat les ‘’communistes’’.

Il écope de neuf mois de travaux forcés, d’une suspension de deux ans. La même année, il ouvre sa propre consultation juridique, puis, avec Oliver Tambo, un ami rencontré à l’université de Fort Hare, le premier cabinet d’avocats africains.

C’est Nelson Mandela qui a conçu, en 1953, la stratégie des futures opérations clandestines de l’ANC. En 1956, il est arrêté et accusé de trahison avec 155 membres de l’Alliance des Congrès. Après un procès de quatre ans et demi, lui et ses camarades sont acquittés (1961). En avril 1961, Mandela passe à la clandestinité. Umkhonto we Sizwe (MK), la branche armée de l’ANC, est formée en juin.

Madiba quitte clandestinement l’Afrique du Sud par le Botswana, en janvier 1962, pour aller suivre un entraînement militaire et chercher des soutiens à l’étranger. Il reçoit un entraînement militaire en Ethiopie et à Oujda au Maroc, et visite une quinzaine d’Etats africains dont le Sénégal.

Le 5 août 1962, il est arrêté dans le Kwazulu-Natal et condamné, le 7 novembre, à cinq ans de prison pour incitation à la grève et pour avoir quitté le pays illégalement. Le 11 juillet 1963, la police arrête la quasi-totalité du commandement du MK. Avec neuf autres inculpés, Mandela est jugé pour sabotage dans ce qui est passé dans la postérité comme le procès de Rivonia.
Huit d’entre eux sont condamnés à la prison à perpétuité. Ils sont tous envoyés à Robben Island, à l’exception d’un d’entre eux.

Mandela est envoyé à la prison de Pollsmoor, en 1982. En 1985, il rejette l’offre du président Peter W. Botha de le libérer s’il renonce à l’usage de la violence comme stratégie politique. La campagne internationale pour sa libération s’intensifie. En 1988, le concert du stade de Wembley, à Londres, est organisé à l’occasion du soixante-dixième anniversaire de Nelson Mandela. Il est diffusé dans soixante-sept pays.

Les négociations qui étaient en cours entre le gouvernement et les responsables de l’ANC aboutissent à la levée de l’interdiction de l’ANC, le 2 février 1990. Libéré le 11 février, Mandela est élu président de l’ANC à la première conférence consultative nationale du parti depuis son interdiction en 1960. En 1993, il reçoit le prix Nobel de la paix avec le président Frederick W. de Klerk.

Les premières élections démocratiques d’Afrique du Sud, organisées le 27 avril 1994, sont remportées par l’ANC. Le 9 mai, Nelson Mandela est élu président de la République. Il est investi le 10 mai devant des dignitaires et chefs d’Etat venus du monde entier.

En 1995, il divorce de Winnie Mandela. Il épouse Graça Machel en 1998, le jour de ses 80 ans. Il se retire après un mandat de président (1999), annonce son retrait de la vie publique (2004). A 90 ans, en 2008, Nelson Mandela adresse aux jeunes générations le message de continuer à se battre pour la justice sociale.

Après son retrait de la présidence, la Fondation qui porte son nom est créée en 1999 dans le but d’apporter à Nelson Mandela un appui lui permettant de poursuivre le travail entrepris à la tête du pays. La Fondation vise surtout à traduire en actions les idéaux, les valeurs et la vision de Mandela.

La structure organise notamment les concerts ‘’46664’’ – le numéro de prisonnier de Nelson Mandela de 1964 à sa libération en 1990 – en faveur de la lutte contre le Sida.

Nelson Mandela qui vit retiré de la vie politique, n’est plus apparu en public depuis la finale de la Coupe du monde de football – joué en Afrique du Sud en 2010. Il avait alors salué le public, assis dans une voiturette en compagnie de son épouse Graça Machel.

On a revu Mandela le 29 avril dernier dans des images tournées par la télévision sud-africaine, le montrant entouré de dirigeants du Congrès national africain (ANC), dont le président Jacob Zuma. Ces images étaient les premières depuis août 2012, quand Hillary Clinton, alors secrétaire d’Etat, était allée lui rendre visite dans son village de Qunu.

Par Aboubacar Demba Cissokho, APS

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*