Nigeria: après l’arrestation d’un de ses chefs, quel avenir pour Ansaru?

nigeriaL’armée nigériane donc confirmé, ce dimanche, l’arrestation de l’un des chefs d’Ansaru, un groupe armé islamiste. Khalid al-Barnawi, interpelé dans le centre du pays, faisait partie de la liste des terroristes les plus recherchés par les Etats-Unis.

Le groupe Ansaru est moins actif que Boko Haram. Sa dernière action revendiquée remonte à un an lors une attaque meurtrière contre des soldats dans l’Etat de Bauchi. Khalid al-Barnawi était un maillon fort dans la nébuleuse islamiste nigériane. Il faisait le lien entre les groupes nigérians et ceux d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Mais pour le chercheur Marc-Antoine Pérouse de Montclos, spécialiste de la sous-région, sa capture ne signifie pas la fin du groupe armé.
« Ce qui me paraît assez significatif c’est que cette personne a été arrêtée dans l’Etat de Kogi, donc précisément dans une zone où opérait Ansaru. Mais Khalid al-Barnawi avait déjà été annoncé comme tué par certaines sources d’information. Donc ça rappelle un petit peu l’histoire de Shekau [leader de Boko Haram NDLR] qui est d’ailleurs récemment réapparu dans des vidéos. Mais en réalité, personne ne sait si Shekau est toujours vraiment vivant, est-ce que ce n’est pas un sosie, quelqu’un qui reprend son nom. Il y avait un peu la même chose sur Barnawi. Barnawi ça veut dire que c’est quelqu’un qui est originaire du Borno. C’est un peu comme si vous disiez le Français. Donc n’importe qui peut prendre ce surnom. Et ça ne nous avance pas beaucoup pour savoir si la personne qui a été arrêtée serait effectivement la personne qui serait fondatrice du groupe Ansaru en 2012 ».
Pour Marc-Antoine Pérouse de Montclos, la menace Ansaru reste toujours présente sur le Nigeria : « Il faut être assez prudent sur ces annonces et sur l’implication politique que ça peut avoir sur une évolution du groupe. De toute façon, Ansaru n’était plus actif ou ne revendiquait plus d’attaques depuis un an déjà. Donc ils étaient en sommeil. Simplement, il y a une crainte qu’étant plus mobile que Boko Haram, il soit capable de frapper dans le sud du Nigeria, où se situent vraiment les intérêts économiques des Occidentaux et notamment dans l’industrie pétrolière, par rapport à Boko Haram qui est un peu limité dans son terroir du Nord-Est. Il y avait l’impression qu’Ansaru, si vraiment il s’affiliait à al-Qaïda, pouvait devenir un groupe beaucoup plus inquiétant pour les intérêts occidentaux ».

http: //www.rfi.fr/afrique

In the Spotlight

Boris Johnson rétablit le subventionnement d’Al-Qaïda via le CSSF

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Le ministère britannique des Affaires étrangères a discrètement rétablit le subventionnement d’Adam Smith International (ASI), interrompu depuis deux mois. En décembre 2017, l’émission Panorama (BBC) avait montré qu’ASI, soutenu par le gouvernement de Sa Majesté pour former [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*