Nigeria: controverse autour d’un avion avec des armes à bord

Nigeria: controverse autour d’un avion avec des armes à bord
Nigeria: controverse autour d’un avion avec des armes à bord
Nigeria: controverse autour d’un avion avec des armes à bord

Un avion-cargo qui a été intercepté, samedi, dans la ville de Kano au nord du Nigeria fait l’objet de controverse. Dans un premier temps, la provenance et la destination de l’appareil qui contient des armes à bord étaient floues.

Un avion-cargo a atterri samedi dans la ville de Kano au nord du Nigeria, soumis à des attaques répétées de Boko Haram. L’appareil qui avait à son bord des armes, n’avait pas de propriétaire au moment de son atterrissage dans la clandestinité.  Dans les heures qui ont suivi, le porte-parole de l’ambassade russe au Nigeria a indiqué que les armes appartenaient à la mission française de maintien de la paix en Centrafrique. Ces déclarations venaient contredire d’autres faites sur le même appareil, selon lesquelles l’avion n’appartenait pas à la Russie.

Selon la BBC, le diplomate de Moscou  a ajouté à l’agence de presse russe, TASS que l’avion était bien de son pays. De son côté, l’Ambassade de France au Nigéria a affirmé que l’armée française a affrété un vol commercial russe parti de la Centrafrique pour le Tchad, mais il a été forcé de faire escale à Kano en raison du mauvais temps à l’aéroport Ndjamena.

Ces propos ont été confirmés par la MISCA qui a ajouté que les armes étaient destinées à leur base militaire dans la capitale tchadienne N’Djamena, avant d’être renvoyées en France.

Parallèlement, l’avion est toujours détenu à l’aéroport de Kano et les autorités nigérianes cherchent à en savoir davantage sur les circonstances du vol. Des rapports indiquent que les armes ont été achetées au marché noir.

D’autres suggèrent qu’elles ont été achetées auprès des ex-rebelles Séléka en République centrafricaine, une hypothèse qui expliquerait pourquoi l’avion provenait de Bangui, la capitale du pays.

En 2010, des conteneurs d’armes venant d’Iran, étaient saisis au Nigeria. Ils étaient destinés à Banjul. Depuis 1981, en proie à une rébellion en Casamance, le Sénégal s’était senti menacé.

Baba Mballo
© OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*