Nigeria: explosion d’un kamikaze devant une église évangéliste du Nord-Est

larmée-du-nigeriaUn kamikaze s’est fait exploser jeudi devant une église évangéliste de Gombe, dans le nord-est du Nigeria, pendant l’office du jour de l’an, blessant plusieurs personnes, selon un responsable des secours et des témoins.

Un homme, arrivé à moto, a déclenché l’explosion vers 09H00 (locales, 8h00 GMT) devant l’Eglise évangéliste d’Afrique de l’Ouest (ECWA) de Gombe, selon des témoins, après avoir été empêché de pénétrer dans le bâtiment.

« Il y a eu une explosion devant l’ECWA ce matin. Un kamikaze qui n’a pas pu entrer dans l’église s’est fait exploser. (…) Heureusement personne n’a été tué mais des gens ont été blessés », a rapporté à l’AFP Abubakar Yakubu, le directeur de la Croix-Rouge nigériane à Gombe.

« Un homme est arrivé à moto et il a voulu traverser les barricades de sécurité qui avaient été installées par des volontaires de l’église », a rapporté Dahiru Badamasi, un habitant du quartier Tudun Wada de Gombe, où s’est déroulé la scène.

« Les gens qui entraient dans l’église devaient garer leurs véhicules et traverser les barrages à pied, afin d’être fouillés avant d’entrer dans l’église » a-t-il expliqué.

« Des volontaires ont demandé à cet homme de garer sa moto (…) mais il a insisté pour pouvoir traverser la barrière avec (…) Pendant qu’ils se disputaient la ceinture d’explosifs qu’il portait a explosé. Il y a eu beaucoup de blessés » a-t-il poursuivi.

Junmai Maifada, qui a assisté à la scène depuis chez elle, a dit avoir vu « un homme transportant trois enfants dont les robes étaient tâchées de sang ».

Gombe, capitale de l’Etat du même nom, avait été relativement épargnée par l’insurrection islamiste, surtout concentrée dans les trois Etats voisins de Yobe, Borno et Adamawa, où Boko Haram s’est emparé d’une vingtaine de villes.

Mais les attaques se sont multipliées ces dernières semaines dans cet Etat, où les islamistes ont notamment mené deux raids contre la cimenterie du groupe français Lafarge, dans la ville d’Ashaka.

Déjà, mercredi, une femme kamikaze avait été tuée par les forces de l’ordre devant une caserne de Gombe à laquelle elle tentait d’accéder, munie d’une ceinture d’explosifs.

L’insurrection et sa répression par les forces de l’ordre nigérianes ont fait plus de 13.000 morts depuis son début en 2009.

AFP

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*