NON À LA CENTRALE DE BARGNY

LETTRE OUVERTEÀA MONSIEUR ABOU AHMED SECK, MAIRE DE LA COMMUNE DE BARGNY
La création d’une ville verte à proximité d’une centrale à charbon n’est pas logique

Je suis une citoyenne sénégalaise étudiante à McGill en environnement. Enfant, j’ai toujours aimé regarder les pêcheurs tirer leurs filets sur les plages de Saly. Je passais souvent près de Bargny où la mer était d’un bleu éclatant. J’ai pu, à travers les médias, en apprendre plus sur ce village de pêcheurs, victimes de l’érosion côtière, de la pollution de la cimenterie Soccocim et bientôt victimes du projet de centrale à charbon de la Compagnie Sahélienne d’entreprises (CSE).
Je veux vous faire part de mon opinion et de mon indignation au sujet de ce projet de centrale, en raison des conséquences humaines et environnementales qu’il entraînera.
En effet, 70% des activités de la population de Bargny sont liées à la pêche. Par conséquent, votre projet de les relocaliser dans «la ville verte de Bargny » est incohérent. Ce site se trouve à 5km de la mer, loin du centre des activités économiques des habitants. De plus, la création d’une ville verte à proximité d’une centrale à charbon n’est pas logique. En matière de développement il a y toujours un prix à payer, je vous le concède. Cependant, dans votre cas, pourquoi faire porter le fardeau aux habitants de Bargny ?
Nous sommes l’une des premières générations à nous rendre compte que nous épuisons et dégradons les ressources que la Terre nous offre. La situation autour du globe est alarmante et cette centrale à charbon, à mon avis, ne la rendra pas meilleure. Bien que CSE nie leur existence dans cette centrale, il est de notoriété publique que ce type d’industrie rejette du dioxyde de carbone, des métaux lourds, mais aussi des eaux de refroidissement contenant du brome ou du chlore. Toutes ces substances toxiques contamineront l’écosystème marin à proximité.
Les habitants de Bargny seront contraints de cesser leurs activités traditionnelles à savoir la pêche et la transformation des produits halieutiques. Vous le savez mieux que moi, ils sont pêcheurs de père en fils. Il s’agit donc de protéger un mode vie qui perdure depuis des générations
J’ai bien peur qu’il ne soit trop tard de vous demander d’arrêter ce projet, mais je vous demande en tant que maire de ce village de protéger votre écosystème et vos habitants. Je vous propose d’être à l’écoute des villageois afin que vous trouviez des solutions à court et long terme pour Bargny et son développement. Par exemple, si une relocalisation de ceux-ci est nécessaire, il serait intéressant de développer des centres de formation pour leur permettre des réorientations professionnelles pour leur permettre de continuer de subvenir à leur besoin.
Un rapport de diverses ONG tel que WWF ou encore Climate Action Network, affirme que les poussières rejetées par les centrales à charbon ont engendré 28.900 décès prématurés en Europe pour l’année 2013. Il serait donc important de s’assurer que le site de relocalisation soit assez éloigné de la centrale pour ne pas affecter la santé de ses habitants. Si vous avez le choix et qu’il n’est pas tard ne serait-il pas plus convenable de remplacer cette centrale par des panneaux photovoltaïques ou des éoliennes? Dans le cas contraire, afin de préserver au maximum la faune et la flore maritime à proximité, il serait pertinent d’exiger de la CSE une gestion raisonnable de leurs déchets toxiques.
Il est de notre devoir à tous de penser à long terme et de s’assurer que les décisions qui seront prises aujourd’hui n’auront pas un impact négatif sur les futures générations.
Hana Astelle Cissé Abdel Malek, Etudiante à McGill, en environnement.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*