Nous ne sommes pas contre le projet de construction de l'arène nationale.

Lutte LambNous sommes animés par le souci de PRÉSERVER cette zone des Niayes, qui est le “POUMON VERT” de Dakar, et que les dispositions législatives et réglementaires suivantes protègent.

L’article 8 de la Constitution établit une liste de droits fondamentaux du citoyen. Parmi ces droits, il y a le droit à un environnement sain. Or, au-delà de Pikine, le site retenu pour la construction de l’arène de lutte se trouve dans le domaine des Niayes qui sont le « poumon vert » de la Capitale sénégalaise. Boucher ce poumon par lequel Dakar respire, constituerait une remise en cause du caractère sain de notre environnement. Par conséquent, ce serait une violation de la Constitution.

Avant l’indépendance, conscient de l’importance agricole, mais surtout écologique de cette zone des Niayes, le gouvernement colonial avait pris une mesure pour protéger la zone des Niayes par la Loi du 26 Juillet 1952.
Après l’indépendance, l’État du Sénégal a élaboré et promulgué des textes législatifs et réglementaires pour protéger cette zone considérée comme le “poumon vert” de la Capitale Dakar. Vous avez, par exemple, la Loi du 2 Juillet 1976 avec son décret d’application N° 76-67 qui fit de cette zone une expropriation d’utilité publique.

Cependant, et malheureusement, le décret 82-397 vient abroger et remplacer les premiers décrets, accordant ainsi à des promoteurs immobiliers des terrains de cette zone. C’est ainsi qu’en 1989, de vastes zones de culture ont été remblayées pour la création des Cites Impôts et Domaines et Soprim. Par la suite, d’autres cites (Hann Mariste, El amal ) et infrastructures (le Golf Club, le centre d’épuration de Cambéréne, le Technopole ) ont été construites sur ce domaine des Niayes..

Voyant les conséquences désastreuses consécutives a ce décret 82-397, l’État du Sénégal, sous le magistère du Président Abdoulaye Wade, a initié une politique effective de protection des Niayes de la région de Dakar. A cet effet, le Président de la République a, le 15 Avril 2002, promulgué le décret 2002-1042 qui ordonne l’élaboration et la mise en œuvre du Programme d’Actions pour la Sauvegarde et le Développement urbain des Niayes et zones vertes de Dakar (PASDUNE) et qui prescrit des mesures de sauvegarde.

Le 12 avril 2013, le Président Macky Sall a promulgué le décret n° 2013-479 portant nomination des membres du Conseil Économique, Social et Environnemental. L’épithète “Environnemental” ajoutée à ce Conseil trahit chez le Chef de l’État une volonté manifeste de PRÉSERVER l’environnement. La Construction de cette arène dans cette zone des Niayes constituerait une AGRESSION CONTRE L’ENVIRONNEMENT.

Pourtant, c’est cette zone des Niayes qui, selon le ministre Mbagnick Ndiaye, est définitivement choisie pour la Construction de l’arène de lutte. Vous comprenez maintenant, j’ose l’espérer, le pourquoi de notre INDIGNATION, une indignation décuplée par l’arrogance du Ministre des sports qui, venu à Pikine pour, soit-disant, une opération de Communication, nous a assené ce qui suit :

« Fatilikouléén Baaye Gaïndé, quand en 1952 on déguerpissait vos parents et grands-parents des quartiers de Colobane, Baye Gainde, Almenco, Kipp Coco (des quartier plus proches du centre-ville), ils bombaient le torse, di fëgg dënn, en disant qu’ils n’allaient pas accepter cette décision. Mais finish, la décision leur fut IMPOSÉE. De même, vous qui vous agitez aujourd’hui, sachez que vous ne pouvez rien contre l’État, vous connaitrez le même sort que vos parents car vous n’y pourrez rien, l’arène sera construite sur ce site ».

Daouda Gueye de Pikine

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*