Nouveau renvoi du procès Alboury Ndao-Karim Wade : La partie civile veut la comparution de son client

Le Tribunal correctionnel de Dakar a renvoyé l’affaire Alboury Ndao-Karim Wade au 22 janvier 2015. Ce, pour permettre la comparution du plaignant sollicitée par ses avocats.

Le dossier Karim Wade contre l’expert Pape Alboury Ndao a encore été évoqué hier devant le Tribunal correctionnel de Dakar.

A la barre, seul l’ancien administrateur provisoire de Dubaï port world a déféré à la convocation du juge. Et la bataille menée par les avocats de Karim Wade pour faire comparaître leur client semble bien porter ses fruits. La présence du plaignant a été jugée nécessaire par ses avocats.

En fait, la défense sollicite la comparution de son client. Le président du Tribunal correctionnel semble convaincu par les avocats de la partie civile qui ont finalement obtenu le renvoi jusqu’au 22 janvier prochain pour leur permettre de saisir le Parquet en vue de l’extraction de Karim Wade. Cette affaire fait suite à l’évocation du compte bancaire de Singapour, crédité de 45 milliards, attribué à Wade-fils.

Me Seydou Diagne a rappelé que son client, à qui la loi ne fait pas obligation de comparaître, vu son statut de partie civile, peut laisser le soin à ses avocats de le représenter.

«Mais il a le droit de comparaître. Sa comparution est nécessaire pour la manifestation de la vérité», a-t-il ajouté. «C’est un motif illégal. Le dossier est en état», a répondu presque spontanément Me Samba Amethi, sans toutefois convaincre le juge. La défense souhaite en effet que Pape Alboury Ndao soit jugé rapidement.  S’en sont suivis des débats entre les deux parties avant que le juge n’intervienne pour calmer les ardeurs.

«Ce n’est pas moi qui vais ordonner la comparution ou l’extraction de Karim Wade. Je n’en ai pas la compétence», a-t-il dit. Le Parquet, quant à lui, s’en est rapporté à la décision du Tribunal.

Les avocats de Karim Wade ont décidé de saisir le Parquet aux fins d’obtenir l’extraction de leur client, sous mandat de dépôt, pour une affaire d’enrichissement illicite. Alboury Ndao est poursuivi dans le cadre de l’évaluation des comptes présumés de Singapour par Wade-fils pour «faux et usage de faux en écritures privées et escroquerie à jugement».

Sur ce, les conseils de Karim Wade l’accusent d’avoir «fomenté un faux rapport» pour attribuer à leur client la propriété exécutive d’un compte à l’Industrial and commercial bank of China Limited (Lcbc-Singapour) au nom d’African Founding service Guinée Bissau, une filiale de Ahs. Et selon la partie civile, aucune preuve matérielle n’a été fournie pour corroborer ces allégations.

  • Écrit par  Cheikh Bamba DIAGNE

cbdiagne@lequotidien.sn

In the Spotlight

Le déminage en Casamance ne fait pas l’unanimité

by bishba in SOCIETE / FAITS DIVERS 0

Au sud du Sénégal, les opérations de déminage de la Casamance ont repris depuis le 27 février 2019. Tout s’est arrêté après l’enlèvement de cinq démineurs mardi 14 mai. La perspective d’une reprise des activités [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*