ONU: L’Angola élu membre non permanent du Conseil de sécurité

ONU : réunion du Conseil de sécurité sur la Syrie
ONU : réunion du Conseil de sécurité sur la Syrie
ONU : réunion du Conseil de sécurité sur la Syrie

L’Angola a été élu jeudi par l’Assemblée générale des Nations Unies tout comme la Malaisie, le Venezuela, la Nouvelle-Zélande et l’Espagne comme nouveaux membres non permanents au Conseil de sécurité pour une période de deux ans.

L’Angola siègera à partir du 1er janvier 2015 tout comme la Malaisie, la Nouvelle-Zélande, le Venezuela et l’Espagne au Conseil de Sécurité de l’ONU.

Les cinq sièges disponibles pour cette élection étaient répartis entre les groupes régionaux, dont un siège pour le groupe de l’Afrique (actuellement occupé par le Rwanda), un siège pour le groupe de l’Asie-Pacifique (actuellement occupé par la République de Corée), un siège pour le groupe des États d’Amérique latine et des Caraïbes (actuellement occupé par l’Argentine) et deux sièges pour le groupe de l’Europe occidentale et autres Etats (actuellement occupés par l’Australie et le Luxembourg).

Les cinq membres permanents du Conseil, qui exercent chacun un droit de veto, sont la Chine, la France, la Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis. La Lituanie, le Tchad, le Chili, la Jordanie et le Nigeria maintiendront leurs sièges non permanents au Conseil jusqu’à la fin de 2015.

Le Conseil de sécurité a la responsabilité principale du maintien de la paix et la sécurité internationales. Ainsi, chacun des membres du Conseil dispose d’une voix et en vertu de la Charte, tous les États membres de l’ONU sont tenus de se conformer aux décisions du Conseil.

Selon les dispositions des Nations Unies, le CS est aussi chargé de déterminer l’existence d’une menace contre la paix et de réagir à un acte d’agression et de trouver des moyens pacifiques de régler un conflit ou une dispute entre les Etats. Il a la possibilité de recourir à l’imposition de sanctions ou même autoriser l’usage de la force pour maintenir ou rétablir la paix et la sécurité internationales.

L’élection de l’Angola est une bonne aubaine pour le pays de rayonner de nouveau sur le plan international.

© OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*