Opinion : L’Afp de Niasse est bien une civilisation morte

Moustapha Niasse GakouAlors que Macky sollicite un large soutien de ses alliés, la solidité de l’Afp vient d’être remise en cause, voire galvaudée par certains. D’autres jouant aux plus fins et opportunistes. Normal ou pas ?

En tout cas, le peuple aura le temps d’analyser et de savoir qui sanctionner, positivement ou négativement. D’autant que, de mon point de vue, la survivance de l’Afp n’est qu’un symptôme politique. Je suis de ceux qui ont toujours affirmé qu’un soutien de l’Afp est un leurre et que le parti de Niasse n’est point une solution pour la réélection de Macky.

Bien entendu, le système progressiste qui vient de voler en éclats, ne s’en remettra plus jamais. Il est même honni par la plupart des Sénégalais qui se désolent des insultes, de l’incohérence, des menaces, du manque d’harmonie, de la cacophonie et des persiflages notés à Terrou-bi.

Tout ceci se déroulant bizarrement non loin de la fameuse demeure des réunions secrètes contre la réélection de Macky sur la corniche autour des bols de thiéré du Saloum. Sont essentiels, en politique, les repères qui aident à se déterminer, à bien communiquer et à rendre l’évolution des choses digeste. Le sont également les objectifs et les partenaires de premier plan.

Tout comme l’Apr, Macky2012 a un repère : c’est Macky. Les deux entités ont un objectif : réélire Macky. Cependant, pour diverses raisons que l’on peut comprendre et accepter (la souveraineté de parti, la volonté de reconquérir le pouvoir, entre autres), les alliés ont aussi de leur côté un repère et un objectif : ne pas disparaître du cadre politique. Pour cela, le Ps a pris toutes ses responsabilités. Certainement, d’autres alliés vont en faire autant pour ne pas disparaître.

A l’opposé d’une certaine “Afp” (puisqu’il en existe des tonnes : media, force du changement…) qui, à travers des sorties personnalisées et non concertées (le groupe s’étant disloqué !), me faisant le reproche que le diable faisait au prophète et qui, de surcroît, continue de narguer pour, me dit-on, obtenir un deuxième poste ministériel dans le gouvernement, caser les cadres sans ressource consistante et amasser le maximum d’armes de guerre en vue de la prochaine présidentielle.

Malgré tout, je reste debout et cohérent dans ma démarche d’éclaireur consistant à souligner que tout parti qui renonce à une élection est un parti qui disparaît. Et justement l’Afp ne compte pas disparaître. Jamais, les progressistes n’accepteront de fondre leur parti dans l’Apr.

A preuve, pour peu qu’un apériste s’aventurerait à en émettre l’idée, il aura toutes les peines du monde à s’en relever. Tant, les «contrevenants» et autres «tenants de l’apologie du niassisme» sont d’une irrévérence à l’aune des insanités déballées au large de Soumbédioune.

En vérité, l’Afp continue de confondre «coalition au premier tour» et «coalition au second tour». Alors, porté par des principes et convictions, et les valeurs pour lesquelles je milite au sein des “réformateurs”, je continuerai à m’interroger sur la pertinence ou l’impertinence d’un éventuel soutien de Niasse à Macky, sachant que l’Afp qui aura un candidat (selon une certaine voie solitaire, pas selon une décision issue d’un congrès), n’est point dans le temps du présent mais dans celui des incertitudes du futur politique ; sachant que le Ps aura son candidat ; sachant que d’autres alliés pour des intérêts inavoués peuvent eux aussi se présenter.

Au demeurant, l’on peut constater que le mal dont souffre l’Afp est si profond que foisonnent les reniements et renoncements. Des symptômes du «cancer du dirigisme» qui, on le sait, reste incurable.

Personne ne saurait le soigner. En termes clairs, le parti de Niasse, aujourd’hui écartelé entre la pulsion du diktat du chef – largement fantasmée – et l’aspiration existentialiste, après avoir pendant longtemps vendu et entretenu l’espoir, a fini par être tristement une civilisation morte.

Issa Thioro GUEYE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*