Où seront enterrés les frères Kouachi et Coulibaly ?

Les frères Kouachi et Amedy Coulibaly, morts dans les assauts des forces de l'ordre lors des prises d'otages de Dammartin-en-Goële et de la Porte de Vincennes à Paris
Les frères Kouachi et Amedy Coulibaly, morts dans les assauts des forces de l'ordre lors des prises d'otages de Dammartin-en-Goële et de la Porte de Vincennes à Paris
Les frères Kouachi et Amedy Coulibaly, morts dans les assauts des forces de l’ordre lors des prises d’otages de Dammartin-en-Goële et de la Porte de Vincennes à Paris

Une semaine après l’attentat meurtrier contre “Charlie Hebdo” et la prise d’otages dans une supérette casher, la question de l’enterrement des trois terroristes n’est toujours pas tranchée.

Une semaine après l’attentat meurtrier contre “Charlie Hebdo”, journalistes et dessinateurs seront inhumés ce jeudi 15 janvier. Mais déjà la presse s’interroge sur le prochain enterrement : celui des trois djihadistes responsables des attaques contre l’hebdomadaire et la supérette casher de la Porte de Vincennes.

Les dépouilles de Chérif et Saïd Kouachi, ainsi que d’Amedy Coulibaly sont gardés à l’institut médico-légal du 12èmearrondissement de Paris, “le temps de l’enquête” et dans l’attente d’une décision d’un lieu d’inhumation. Néanmoins, cette question n’est toujours pas tranchée.

Nous ne disposons pas de ces informations, ce sera aux familles de prendre ces décisions”, explique le ministère de l’Intérieur au “Figaro”.

Le procureur de la République doit prochainement autoriser les familles à récupérer les dépouilles. Les familles devront décider des prochaines funérailles. “Le code des collectivités territoriales accorde le droit de sépulture sur une commune à toute personne qui y réside, qui y est décédée, ou qui y possède un caveau familial”, rappelle maître Victor Lima, avocat au barreau de Toulouse et spécialiste du droit funéraire, au “Point”.

Concrètement, le droit d’être enterré – valable aussi pour les trois terroristes – prévoit que les dépouilles puissent être inhumées dans la ville où ils résidaient, dans la ville où ils sont morts ou encore dans la ville où se trouve un caveau familial.

Les maires ont peu de latitude, mais pourraient exiger une présence policière lors de l’enterrement et que la tombe soit anonyme.

Reims ou Gennevilliers pour les Kouachi

Les frères Kouachi ont été tués par le GIGN dans une imprimerie de Dammartin-en-Goële, en Seine-et-Marne. “L’enregistrement à l’état civil aura bien lieu ici, vu que c’est le lieu des décès. Mais, pour la suite, rien n’est décidé”, note le maire de la ville, Michel Dutruge, dans “le Parisien”.

Avant les attentats, Saïd Kouachi, l’ainé des deux frères, vivait à Reims (Marne). “Si la question se posait, je refuserais”, tranche le maire de Reims, Arnaud Robinet, à France-3 et au micro de RMC. “Je ne veux surtout pas qu’on ait une sépulture sur la commune qui puisse servir de sépulture de martyre pour un certain nombre de personnes.” Il renchérit :

Dans un cimetière rémois, les gens sont là pour reposer en paix. Ce sont des jeunes qui voulaient partir au jihad, partir en Syrie, en Irak ou ailleurs et bien qu’ils aillent se faire inhumer là où ils voulaient tant partir”.

Le frère cadet, Chérif Kouachi, vivait lui à Gennevilliers dans les Hauts-de-Seine. La municipalité précise à Europe-1 que “rien n’a été décidé”. Antoine Flasaquier, l’avocat rémois de la veuve de Saïd Kouachi, ignore pour l’instant dans quelle mesure les familles pourront récupérer les corps.

Je n’arrive pas à obtenir d’information sur le sujet auprès du parquet antiterroriste de Paris”, affirme-t-il au “Parisien”. “A priori, ma cliente va réclamer le corps. Elle aimerait pouvoir lui donner une cérémonie normale, mais je ne pense pas que ce soit possible. En tout cas, ce serait une très mauvaise idée qu’il soit enterré à Dammartin-en-Goële.”

“L’enterrement le plus discret possible”

La possibilité d’un caveau pour les frères Kouachi semble s’éloigner. Les parents Kouachi, immigrés d’Algérie, sont décédés dans le jeune âge des deux frères. A l’époque, Saïd et Chérif vivaient avec leurs trois frères et sœurs dans le 10ème arrondissement de Paris. La mairie est incapable de confirmer à Europe 1 si les parents ont été enterrés dans la capitale ou si la famille possède un caveau. Néanmoins, face à la mort subite des parents, “il y a peu de chance pour que les deux frères soient inhumés à leurs côtés”, souligne la radio.

Enfin, dans le cas où la famille ne réclame pas les corps des frères Kouachi, ils pourraient être enterrés à Dammartin-en-Goële.

Dans la petite commune de Seine-et-Marne, les habitants sont partagés. Interrogé par le “Parisien”, Sébastien Crey admet : “Il faut bien les enterrer de toute façon, alors que ce soit ici ou ailleurs… Ils avaient un problème à la tête, mais ça reste des êtres humains. Il ne faudrait juste pas que ça ramène des mauvaises fréquentations.” Un autre riverain estime toutefois que “ce serait choquant. Ils n’ont pas leur place ici [à Dammartin-en-Goële] après les dégâts qu’ils ont faits.”

Si la commune doit obéir, elle le fera mais on préfère éviter”, répond un proche du maire de la ville, au “Figaro”.

Me Antoine Flasaquier confie au quotidien que la compagne de Saïd Kouachi”préfère garder cette information confidentielle pour ne pas que la tombe devienne une stèle du souvenir pour détraqués”. “L’objectif est que le lieu de l’enterrement soit le plus discret possible”, renchérit-il dans “le Parisien”.

Paris, Fontenay ou Grigny pour Coulibaly

Les mêmes questions se posent pour Amedy Coulibaly, auteur de la prise d’otages dans la supérette Hyper Casher de la porte de Vincennes, au cours de laquelle quatre personnes juives ont été tués. Il a lui été tué lors de l’assaut du Raid, et sa famille pourrait donc demander à ce qu’il soit enterré à Paris. Toutefois, aucune demande en ce sens n’a été formulée, rapporte Europe-1.

Avant l’attaque meurtrière, Amedy Coulibaly vivait à Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine). “Nous n’avons reçu aucune demande des services d’état civil allant dans ce sens”, indique la municipalité à la radio.

La famille pourrait également demander une inhumation à Grigny (Essone) d’où Amedy Coulibaly était originaire et où vivent toujours sa mère et sa sœur. Pour l’heure, aucune demande n’a été reçue, rapporte “le Parisien”.

Reste enfin la possibilité pour Amedy Coulibaly, comme pour les frères Kouachi, de se voir enterré à l’étranger. Dans ce cas, les modalités sont propres à chaque pays.

Le précédent Merah

Ces interrogations sur l’enterrement des trois djihadistes rappellent celles posées après la mort du terroriste Mohamed Merah en 2012. S’il a été tué à Toulouse lors de l’assaut du Raid, son inhumation dans la ville a fait polémique.

Le maire avait refusé d’accueillir la dépouille du “tueur au scooter”, craignant que sa tombe ne devienne un lieu de pèlerinage pour des islamistes. Les autorités algériennes (d’où était originaire Mohammed Merah) avaient également refusé une demande d’inhumation à Alger demandée par la famille.

Nicolas Sarkozy, alors président, avait alors dû intervenir pour que finalement le maire de Toulouse accepte que Mohamed Merah soit enterré au cimetière de Cornebarrieu, à 5 kms de Toulouse, le tout encadré par un important dispositif policier.

B.M.

In the Spotlight

LA NOUVELLE VAGUE FRANÇAISE À L’ASSAUT DE L’AFRIQUE

by bishba in CONTRIBUTION 0

De la star Hervé Renard au novice Corentin Martins, d’Alain Giresse à Sébastien Migné, huit entraîneurs français, dont une moitié de bizuths, dirigeront une sélection lors de la Coupe d’Afrique des nations.Un phénomène d’une ampleur [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*