Ouganda: 1.000 ex-miliciens de RDC en fuite sont dans un camp de réfugiés

Des ex-rebelles du M23 attendent pour être transférés vers la RDC sur la base d’Entebbe, en Ouganda, le 16 décembre 2014|AFP
Des ex-rebelles du M23 attendent pour être transférés vers la RDC sur la base d’Entebbe, en Ouganda, le 16 décembre 2014|AFP
Des ex-rebelles du M23 attendent pour être transférés vers la RDC sur la base d’Entebbe, en Ouganda, le 16 décembre 2014|AFP

Un millier d’ex-combattants du M23 ayant fui mardi les baraquements ougandais où ils étaient cantonnés depuis novembre 2013 se trouvent dans un camp de réfugiés proche, a affirmé mercredi l’armée ougandaise.

Ces ex-rebelles se sont évanouis mardi dans la nature, après s’être opposés à une opération de rapatriement vers la RDC lancée par l’armée ougandaise dans le camp de Bihanga, à environ 300 km au sud-ouest de Kampala, où quelque 1.300 d’entre eux étaient cantonnés.

« M23: 35 sont rentrés à Bihanga. Présence confirmée de centaines d’autres dans le camp de réfugiés dexc Rwamwanja géré par le HCR », a indiqué sur Twitter le porte-parole de l’armée ougandaise Paddy Ankunda. Contacté par l’AFP, il a précisé qu’ils étaient « environ 1.000″.

Le camp de Rwamwanja héberge quelque 50.000 réfugiés de RDC ayant fui depuis 2012 les combats entre M23 et armée congolaise dans l’est de leur pays.

Interrogée sur la présence d’ex-rebelles dans le camp, Lucy Claire Becky, chargée de communication du Haut-Commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR) en Ouganda, a répondu dans un email que « les ex-combattants n’étant pas admissibles au statut de réfugiés (…) le HCR ne s’occupait pas de la question ».

Le ministre ougandais chargé des Réfugiés Musa Ecweru a de son côté indiqué mercredi attendre le compte-rendu de son « équipe (qui) est à Rwamwanja pour discuter avec les anciens combattants ».

Depuis Kampala où il vit, le président du M23 Bertrand Bisimwa avait dénoncé mardi une tentative de « rapatriement forcé », assurant que plusieurs anciens rebelles avaient été blessés par balle, ce qu’avait confirmé à l’AFP un responsable militaire ougandais ayant requis l’anonymat.

M. Bisimwa a estimé que ce rapatriement violait le droit international et l’accord signé le 12 décembre 2013 à Nairobi avec le gouvernement de RDC pour mettre fin au conflit. Ce texte prévoyait selon lui que soient discutées les modalités de retour des anciens combattants du M23 réfugiés dans les pays voisins.

Mardi soir, 120 ex-miliciens du M23 ont néanmoins embarqué à l’aéroport international d’Entebbe, à une trentaine de km de Kampala, à destination de la RDC voisine.

Un rapatriement « volontaire », ont assuré l’armée ougandaise et François Muamba, coordonnateur du Mécanisme national de suivi (MNS) de cet accord.

Le processus de rapatriement piétine depuis plusieurs semaines et Kinshasa souhaite que quelque 560 ex-combattants déjà amnistiés soient rapatriés d’ici le 25 décembre.

AFP

In the Spotlight

Barthélèmy Dias : «La lutte ne fait que commencer»

by Ahmadou Diop in A LA UNE 0

La mobilisation de la plateforme «Aar linu bok» de ce 14 juin a été une grande réussite. C’est ce qu’a déclaré ce samedi Barthélémy Dias. Ce dernier  avertit, cependant, que «la lutte ne fait que [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*