Pakistan : une foule enragée tue et brûle un couple de chrétiens

pakistan-2900551-jpg_2535952_652x284Un couple de chrétiens pakistanais accusé de blasphème a été battu à mort mardi par une foule musulmane enragée, qui a ensuite brûlé leurs corps dans le four à briques où ils travaillaient, selon la police. Ces meurtres, derniers épisodes d’une vague de violence croissante contre les minorités non musulmanes sunnites au Pakistan, ont eu lieu à Kot Radha Kishan, une ville située à 60 kilomètres de Lahore, principale ville de l’est du pays.

Les accusations de blasphème sont, selon les défenseurs locaux des droits de l’homme, souvent instrumentalisées contre les minorités ou pour régler des conflits personnels, car elles déclenchent facilement la colère populaire dans cette république islamiste conservatrice. “Une foule a attaqué et battu à mort un couple de chrétiens qu’elle accusait d’avoir profané le Coran. Elle a ensuite brûlé leur corps dans le four à briques où ils travaillaient”, a déclaré à l’AFP un responsable de la police locale, l’officier Ben Yameen.

Affaire de profanation du Coran

La foule s’est vengée des deux chrétiens, un époux et sa femme prénommés Shehzad et Shama, qu’elle estimait coupables dans une affaire de profanation du Coran qui avait éclaté la veille, a-t-il expliqué. Son récit a été confirmé à l’AFP par un autre responsable de la police. Les autorités de la province du Penjab, où se trouve le village, ont indiqué à l’AFP avoir ordonné la constitution d’un comité restreint pour accélérer l’enquête sur cette affaire et ordonné à la police de renforcer la sécurité dans les quartiers chrétiens. Les chrétiens, qui représentent 3 millions des quelque 180 millions de Pakistanais, sont une minorité souvent très pauvre et cantonnée à des emplois subalternes.

Des conditions proches de l’esclavage

Les deux victimes étaient également des ouvriers de four à briques, un secteur qui emploie près de 5 millions de Pakistanais dans des conditions proches de l’esclavage selon les syndicats locaux. Le blasphème, qui regroupe notamment les insultes à l’islam, à son prophète où à son livre saint du Coran, est un sujet explosif et controversé au Pakistan, où la loi prévoit jusqu’à la peine de mort pour les coupables.

Défendue bec et ongles par les influents cercles islamistes, cette législation est critiquée par les défenseurs des droits de l’homme, qui l’estiment abusivement utilisée pour régler des conflits locaux, et dénoncée en Occident. En novembre 2010, Asia Bibi, une chrétienne mère de cinq enfants, avait été condamnée à mort pour blasphème, un an après en avoir été accusée par des femmes musulmanes de son village avec qui elle s’était disputée. Et les condamnés ne sont pas à l’abri même en prison. Fin septembre dans un centre de détention proche de la capitale Islamabad, un garde a ainsi tenté de tuer un prisonnier britannique condamné à mort pour blasphème.

Source AFP

In the Spotlight

A LA UNE!

by bishba in A LA UNE 0

Related Posts:Ces hauts magistrats que Macky Sall maintient…Une jeune lycéenne a voulu couper le pénis de son…Ça chauffe ! Ce responsable de l’APR veut brûler…l’APRLes aveux brûlants d’Aïda MbackéBanquerouteL’intégralité De La Longue Déclaration De Politique…Direct [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*