Papa Saer Gueye interpelle Sidiki Kaba : « Pourquoi les USA ne peuvent pas accueillir les 89 victimes de Guantanamo »

Papa Saer GUEYE

pape saër guèye ambassadeur

Dans un contexte mondial dominé par l’intensification des actions terroristes au cœur des capitales européennes, les dirigeants africains doivent analyser toutes les initiatives ou actions de coopération qui peuvent favoriser ou provoquer des menaces d’activistes. Nos états qui peinent à contrôler nos poreuses frontières devraient adopter une stratégie capable de préserver la sécurité, la paix et la stabilité  de notre région.
Aujourd’hui, l’actualité est dominée par le transfèrement des « prisonniers » de Guantanamo.
La plupart de ces détenus sont des captifs de l’armée US. Ils sont soustraits du système juridique fédéral américain par le concept d’extra-territorialité   de la base de Guantanamo qui se trouve au sud de CUBA.
Qui ne se rappelle pas qu’en 2006, la cour suprême des États-Unis  a déclaré illégales les procédures d’exception utilisées. Tout le monde se souvient que beaucoup parmi ces victimes n’ont été jugées ni par leur pays d’origine; ni même par les États-Unis.

Maintenant, Mr le Ministre KABA nous sert nos obligations humanitaires et l’innocence éventuelle de certains « prisonniers ». Peut-il répondre à  nos légitimes  interrogations : Pourquoi les USA ne peuvent pas accueillir les 89 victimes restantes dudit  centre ?
Est ce qu’on a un devoir de réparation de leurs préjudices  à  la place des USA ? Si oui quels sont les fondements juridiques ? Est ce qu’on est plus outillé que les USA pour assurer leur réinsertion ? Est ce qu’on a plus de moyens? Quels risques les USA ne veulent-ils pas prendre ?
Mr KABA: pouvez-vous nous assurer que cet engagement  ne risque pas de provoquer des représailles de leur organisation d’origine  ou de leurs frères d’armes ? S’ils n’étaient  pas jugés, quelle procédure allez-vous adopter ? Est-ce que ce nombre n’est pas un test ?
Vos réponses pourraient nous dispenser de nous adresser par lettre ouverte au Président de la République et aux députés.

Papa Saer GUEYE (photo)
Citoyen Sénégalais

 http://xibaaru.com/

1 Comment

  1. De toute sa vie politique, Macky n’a été qu’un outil utilisé par d’autres pour leurs besoins. D’abord c’est Farba Senghor qui l’introduit chez Wade. Peut être que Farba voulait s’en servir. Mais l’histoire ne dit pas qu’il l’ait fait. C’est Idy, très fin, qui découvre tout ce qu’il peut tirer d’un homme aussi maniable. Idy, donc, le couve, le propulse à la tête des cadres libéraux, puis à l’Intérieur. Idy outillait son homme pour le coup d’état rampant. Wade n’est pas idiot, il découvre et éventre. Sa solution: utiliser le même outil. Wade retourne, donc, Macky contre Idy. C’est le constat de cette trahison qui fait rappeler Idy que l’outil était son himeur de thé. Mais Macky ne trahit pas, il ne fait que vivre sa nature, il est comme ça. Il sert ceux qui savent s’en servir. Wade utilise donc l’outil contre son premier utilisateur. Ben, les français aussi ne sont pas des idiots. Ils ont lu le CV de l’outil. Aptitude: servir ceux qui savent s’en servir. Expériences: employé de Idy contre Wade, employé de Wade contre Idy. Les français ont compris que c’est l’homme qu’il leur faut. Premier débauchage grâce au fromage de la légion d’honneur. Le reste, vous l’avez compris, se déroule sous nos yeux. Alors, expérience en cours: employé de la France.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*