Pédicure-manicure : La beauté au prix des ongles

Pédicure-manicure La beauté au prix des ongles

En cette fin d’année où les filles s’offrent de nouveaux artifices esthétiques, le bar à ongles est la nouvelle tendance. Elles courent derrière une manucure express et une pose de vernis à vil prix. Derrière ce geste banal qui redonne un aspect brillant à vos ongles se cache des conséquences néfastes.

On s’y habitue : En poussant les portes des salons de coiffure dakarois, l’odeur forte du dissolvant vous prend au nez. Les bruits des fraises se mêlent à l’humeur délurée des nymphes qui ont inventé de nouvelles vocations dans ce monde précarisé :

Les prothésistes ongulaires, étreintes par la con­joncture, offrent aux filles une nouvelle ligne de beauté artificielle. Dans les salons, on les voit verser de petits bains sur les ongles pour les ramollir et les hydrater.

Ce petit galet émollient effervescent utilisé dans la manucure permet d’avoir des ongles nickel. Cela passe principalement par la repousse des cuticules à l’aide d’un petit bâtonnet et la coupe des petites peaux indésirables.

Aujourd’hui, les salons de manucure utilisent les mêmes outils que les dentistes : D’après une prothésiste, la résine des faux ongles est la même que celle utilisée pour les dents pour polir un ongle.

C’est un trait de beauté assumée : Car ; les ongles sont l’une des parties du corps dont il faut le plus prendre soin. Même avec de beaux cheveux, un visage radieux, un corps de rêve, l’absence de manucure vous chahute ce sentiment recherché de ressembler à une reine. Par conséquent, une manucure ou une pédicure, dans un salon de beauté, procure souvent un sentiment de bien-être.

Mais, il arrive aussi «que les ongles si jolis à la fin de la séance se transforment en réservoir de champignons si la cliente ne fait pas attention». Dans les différents salons qui ont pignon sur rue à Dakar dans des coins de rues et des centres commerciaux, les règles élémentaires d’hygiène sont foulées au pied. Les risques de contracter une mycose, c’est à dire des champignons, sont alors très grands.

Cet accablant constat est établi par la rédactrice en chef d’une revue d’esthétique consacrée aux mains et aux pieds. Le témoignage de N. Diop montre les risques encourus par les filles qui se bousculent aux portes des salons de beauté : «J’ai même perdu deux ongles à la suite d’une pose d’ongles en acrylique dans un de ces petits salons».

Pis : Certains produits comme le méthacrylique de méthyle, communément appelé Mma, sont encore distribués dans certaines «ongleries» malgré son interdiction. Ce produit, beaucoup moins cher que les autres, sert à la pose d’ongles en acrylique. Le but recherché ne vaut rien par rapport aux conséquences : Il cause des irritations cutanées, des réactions allergiques et provoque même une perte des ongles «si on frappe la main sur un mur ou une table».

Cela ne décourage guère les fondues de cette pratique. M.N est une habituée de ces instituts de beauté : «Il n y’a aucune autre explication : C’est juste pour se faire belle. C’est tout.» K.G. met aussi les risques et les périls au placard au moment de poser un faux ongle.

«Pour moi, c’est une solution aux ongles rongés. Et ils ne le sont plus. Et du point de vue esthétique, je retrouve de jolies mains en une heure et des ongles toujours nickel», dit-elle. Le rêve…. Advienne que pourra…

Utilisation de produits interdits
Aujourd’hui, on déplore le manque de réglementation sur l’hygiène et la formation. Sans doute, on préfère légiférer ce secteur «seulement quand il y a risque de mort». Alors que l’industrie de «l’onglerie» s’organise pour capter les sous de ces victimes de mode et sans moyens.

N. Diop, qui traîne sa silhouette dans cet univers glamour, dit : «Une nouvelle association de techniciennes en pose d’ongles et manicures doit naître dans les prochaines semaines. Un peu à l’image des pédicures qui ont leur association» La Rédactrice en chef d’une revue d’esthétique consacrée aux mains et aux pieds, renchérit : «En attendant, fuyez les salons de beauté où la propreté est douteuse».

«Demandez si on utilise du Mma. En cas de doute, prévenez le ministère de la Santé qui mènera une enquête». De ce fait, elle propose, pour une santé saine des ongles, l’ouverture d‘«un annuaire de blogs, forums et boutiques pour avoir des infos complémentaires et savoir où acheter et faire ses faux ongles sans danger». C’est le prix à payer pour être fée de manière sublime.

  • Écrit par  Nafissatou DIEYE

ndieye@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*