Pénélope Fillon a écrit 2 petites notes à 100.000€ pour "la Revue des deux mondes" ! Les lire ici…

L’autre emploi présumé fictif. 100 euro le mot, ça donne le sourire, non ?… (photo)

A quoi a abouti concrètement le travail fourni par Penelope Fillon lorsqu’elle était rémunérée 5.000 euros brut mensuels par “La Revue des deux mondes”, durant 20 mois ? À ceci…

C’est l’autre emploi présumé fictif de Penelope Fillon. Si la polémique enfle actuellement autour de l’activité de collaboratrice parlementaire de l’épouse du candidat LR à la présidentielle – personne ne semble l’avoir vue durant huit ans alors qu’elle était grassement rémunérée par son mari, puis par le suppléant de celui-ci -, les quelque 100.000 euros qu’elle a pu toucher en vingt mois à La Revue des deux mondes interrogent aussi.

Selon le Canard enchaîné, Penelope Fillon a commencé à percevoir 5.000 euros brut mensuels en mai 2012, et ce jusqu’en décembre 2013. Premier problème, le directeur de la publication d’alors, Michel Crépu, explique au Monde l’avoir embauchée après coup de fil de Marc Ladreit de Lacharrière, patron de la holding qui détient la Revue et ami de l’ancien Premier ministre : “Un après-midi, Marc Ladreit de Lacharrière m’a appelé et m’a dit : ‘Penelope Fillon s’ennuit. Pourrait-elle critiquer quelques livres ?’” Autre problème : Crépu affirme, notamment auprès de Marianne, n’avoir jamais eu affaire à elle, ni physiquement, ni au téléphone, ni même par mail”. Et de préciser : Cela peut arriver qu’on écrive à distance, le problème c’est le travail qui a été fait…”.

Car les preuves concrètes du travail effectué par Madame Fillon ne peuvent pour l’instant se résumer qu’à deux notes de lecture, publiées en septembre et octobre 2012 à la toute fin de la revue, sous le pseudonyme “Pauline Camille”. Ces notes, les voici : la première fait 2.500 signes, s’étale sur deux colonnes et concerne un ouvrage du romancier Lucien Azay, récompensé par le prix de La Revue des deux mondes en 2012. La seconde, publiée le mois suivant, est encore plus courte : moins de 1.000 signes consacrés à l’essayiste William Marx, lui aussi sélectionné à l’occasion du même prix. Visuellement, cela donne ça :

Face à l’accusation de poste fantôme, Marc Ladreit de Lacharrière a réagi ce 26 janvier auprès du , volant au secours de Penelope Fillon. En mai 2012, il déclare l’avoir contactée dans ce contexte :

“La revue voyait son chiffre d’affaires baisser chaque année. J’ai donc demandé à quelques amis et personnalités de réfléchir à son devenir, notamment en l’ouvrant vers l’étranger. Penelope Fillon était de ceux-là. C’est une femme intelligente, elle a lu beaucoup de livres – dont deux résumés seulement ont été publiés.”

Mais au-delà de ces deux publications, peut-il donner trace de l’activité de conseil “informelle” dont il fait état ? Y a-t-il des témoignages ? Celui qui s’affiche comme la 32e fortune de France explique qu’il n’y a pas eu de réunions : “J’ai dans mes activités une agence de notation, avec des sièges à New York, Londres et Hong Kong, je suis un homme de téléphone et de face-à-face“.

Ne reste donc de fait, comme trace tangible de cette collaboration, que ces deux petites notes au fin fond de deux exemplaires de la revue. Ainsi que 100.000 euros dans les poches de Penelope Fillon.

Source

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*