Pikine – D. Seydi, le profanateur des tombes, arrêté : «C’était pour permettre aux défunts de respirer, je voulais les sauver»

Enfin ! L’auteur des huit cas de profanation a été arrêté par les limiers du commissariat de Pikine. Battant sa coulpe, il est longuement revenu sur ses motivations, devant les enquêteurs. Au sortir, des doutes subsistent sur sa santé mentale !

Et dire que c’est lui qui a distillé la psychose à Pikine et dans toute la République, deux ans durant. Hier, le soulagement était perceptible en banlieue où la nouvelle de l’arrestation du présumé auteur des nombreux cas de profanation s’est répandue tard dans la soirée. Des premières informations ayant filtré, c’est vers 2 heures, dans la nuit du mardi au mercredi 14 décembre 2016, que des vigiles recrutés par la mairie de Pikine pour désormais veiller sur le cimetière, ont surpris l’individu, identifié sous le nom de D. Seydi, penché sur une tombe, la profanant. «Il avait à moitié ouvert la tombe», souffle un riverain, tiré de son sommeil par les éclats de voix des gardiens du cimetière de Pikine qui peinaient à le neutraliser. Maîtrisé après une rude bagarre, D. Seydi est alors gardé en lieu sûr, le temps que la police, informée, vienne le récupérer.

Interrogé avant son acheminement à la chambre de sureté, l’homme de 36 ans a confié aux enquêteurs être l’auteur des huit cas de profanation qui avaient outré et indigné tout Pikine. Des aveux qui n’ont pas suffi aux limiers. Reconduit aux cimetières, il désignera, avec une déconcertante exactitude, les emplacements de toutes les tombes qu’il avait eu à ouvrir. Une précision qui a convaincu les policiers de Pikine qu’ils tiennent désormais un bon suspect. Toutefois, pour exactes et précises que soient les informations fournies par D. Seydi sur l’emplacement des tombes profanées, ses mobiles, en revanche, ne sont guère évidents. S’expliquant, il a laissé entendre qu’il ouvrait les tombes pour sauver l’âme des défunts. «Je voulais les sauver. Dans la tombe, il n’y a pas d’air. Ils (les morts) ne respirent pas», déclare-t-il. Laissant baba les limiers, persuadés que D. Seydi n’est pas totalement équilibré, même si rien, dans ses actes et gestes, ne le laisse croire.

Arrêté et plusieurs fois, relâché : Pris en flagrant délit de profanation dans la nuit du mardi au mercredi 14 décembre 2016, D. Seydi n’est pas inconnu des vigiles qui, souventes fois, l’ont nuitamment surpris et arrêté dans le cimetière de Pikine. Mais, chaque fois, souffle un riverain, il réussissait à semer le doute dans les esprits et se faisait relâcher. Cette fois, pris la main dans la tombe, D. Seydi devra être très persuasif pour se tirer d’affaire.

ALASSANE HANNE

In the Spotlight

Macky Sall lance les travaux du pont de Marssasoum

by Babacar Diop in SOCIETE / FAITS DIVERS 0

Le Chef de l’Etat Macky Sall a procédé ce samedi au lancement des travaux du pont de Marssasoum dans La région de Sedhiou. Des travaux qui vont durer 18 mois avec un investissement de plus [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*