PLAN JAXAAY – Placés sous mandat de dépôt pour escroquerie, détournement de deniers publics, etc. : Aziz Diop et Cie voient la lune à Rebeuss

Abdoul Aziz Diop, ancien directeur de Cabinet de Oumar SarrLe Doyen des juges a décerné un ticket pour Rebeuss à Abdou Aziz Diop, Serigne Ly et Ibrahima Diallo après leur audition hier. Ils sont poursuivis dans le cadre du marché des produits phytosanitaires du Plan Jaxaay pour «escroquerie et détournement de deniers publics».

L’ambiance était lourde hier devant le portail de la cave. Les parents et amis venus soutenir Abdou Aziz Diop et Cie avaient des mines de deuil. La décision du juge d’instruction venait de tomber.

Abdoul Aziz Diop, ancien directeur de Cabinet de Oumar Sarr, Ibrahima Diallo et Sérigne Ly sont placés sous mandat de dépôt pour «escroquerie et détournement de deniers publics». Après avoir fait face pour la deuxième fois au Doyen des juges, ils ont été conduits à la maison d’arrêt de Rebeuss où ils ont passé leur première nuit.

C’est le pied de grue chez les proches parmi lesquels on pouvait remarquer la présence du coordonnateur du Pds Oumar Sarr, Samuel Sarr et Doudou Wade. Un des proches amis de Aziz Diop, tout en sueur dans un costume gris, a apporté au nouveau pensionnaire de Rebeuss une valise toute neuve. La camionnette commence à faire ses navettes pour déposer les prévenus et les inculpés à la prison.

Croyant que «Aziz» et ses co-inculpés allaient embarquer dans le premier car, les parents et amis se disputaient les grilles de la porte pour les voir sortir. Mais c’est au deuxième voyage que les nouveaux pensionnaires de Rebeuss ont pris place. A leur sortie, au moment où certains scandaient le nom de Aziz Diop sous des ovations, d’autres qui ne pouvaient pas voir le véhicule s’en aller ont fondu en larmes.

L’ancien coordonnateur du plan Jaxaay, par ailleurs coordonnateur de la Fédération nationale des cadres libéraux (Fncl) est poursuivi pour escroquerie et détournement présumé d’une somme de 2 milliards 586 millions 737 mille 215 francs Cfa et son co-inculpé, Ibrahima Diallo, ancien directeur général de la Sones, de 1 milliard 066 millions 969 mille 774 francs Cfa.

Le «surplus» versé aux entrepreneurs est estimé à 1 milliard 059 millions 639 mille 774 francs Cfa et plus de 7 millions constituent «les salaires et indemnités perçus de manière illégale». Sérigne Ly, qui a été aussi coordonnateur du plan Jaxaay, n’a pas fait l’exception. Ce dernier est accusé d’avoir soustrait la somme de 1 milliard 799 millions 738 mille 843 francs Cfa.

Ils n’ont pas cautionné 1 milliard et , comme le voulait le juge

Des sources au fait du dossier confient que les inculpés ont proposé des cautions au Doyen des juges qui a trouvé insuffisantes leurs garanties. Le Quotidien a appris que le magistrat instructeur leur a demandé la somme de 1 milliard 500 millions francs pour échapper à la prison. Par contre, certains étaient plus chanceux. C’est le cas de Mactar Diop. Poursuivi pour près de 80 millions de francs, il a donné en garantie une maison évaluée à 156 millions de francs Cfa.

Boye Diakhaté à qui il est reproché d’avoir détourné 59 millions 910 mille 181 francs a déposé une caution de 59 millions de francs. Ce qui lui a permis de continuer à humer l’air de la liberté mais sous contrôle judiciaire. La dame Mboré Ndiaye, quant à elle, pour «contestations sérieuses», a pu obtenir une liberté provisoire. En plus de ceux qui ont été entendus hier par Mahawa Sémou Diouf, il y en a qui doivent compléter leur cautionnement.

L’ancien lutteur, El Hadji Pène alias «Mohamed Ali» en ferait partie. Selon un de ses conseils, son audition a été reportée à jeudi prochain pour mieux étudier la somme à proposer au juge. Pour rappel, Aïda Ndiongue a été entendu lors de la première audition et placée sous contrôle judiciaire.

Écrit par Justin GOMIS    justin@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*