Plan Sénégal émergent : Christine Lagarde exprime son soutien

Christine Lagarde Macky SallAu premier jour de sa visite de trois jours au Sénégal, la Directrice du Fonds monétaire international (Fmi) a rencontré le Président Macky Sall. Mme Lagarde qui exprime son soutien au Plan Sénégal émergent (Pse), s’est toutefois gardée de révéler la nature des engagements de son institution pour la réussite de ce plan.

Moins d’une année après la tenue du Groupe consultatif sur le financement du Plan Sénégal émergent (Pse), le Sénégal a pu mobiliser plus de 26% des engagements financiers totaux qui ont été pris dans la capitale française alors que les objectifs tournaient autour de 19 à 20%.

Selon le Président Macky Sall qui a fait cette révélation hier, au cours d’un point de presse conjoint avec la Directrice générale du Fonds monétaire internationale (Fmi) qui effectue à Dakar une visite de 3 jours, c’est la preuve que le Sénégal «est sur la bonne voie et qu’il faut persévérer». Pour cela, le Sénégal pourra compter sur le Fmi.

«Le Fmi sera à votre coté pour suivre la mise en œuvre des politiques économiques dans le cadre de ce Sénégal émergent et nous saurons trouver les moyens et les délais sur lesquels nous pouvons utilement vous soutenir dans cette grande ambition et dans le cadrage macro-économique et budgétaire qui a été très bien conclu dans le dernier programme, pour que tous les facteurs de réussite soient à vos cotés», a souligné Mme Christine Lagarde.

Sur les engagements de l’institution, il faudra toutefois attendre avant d’en savoir plus. «C’est évidemment d’un suivi de politique économique dont nous parlons et ce suivi s’effectuera en dialogue avec les autorités sénégalaises et le Président a, tout à l’heure, ouvert ce dialogue. Nous allons le poursuivre et vous aurez plus d’informations plus tard», a-t-elle expliqué. Mais déjà, l’on peut retenir que le soutien de l’institution au Pse est acquis et se fonde sur les fortes ambitions de croissances mises en avant.

Selon Mme Lagarde, le Fmi soutient ce plan «qui prévoit un doublement de la croissance et où l’on retrouve les germes d’une croissance solidaire qui vise à réduire la pauvreté, inclure la jeunesse, les hommes et les femmes dans la vie économique et qui permet l’encouragement aux investisseurs, fut-ce des investisseurs étrangers». Un soutien qu’elle relie également à la mise en œuvre «de reformes indispensables».

Pour le Président Macky Sall, les réformes sont effectivement un volet important du Pse que le gouvernement a déjà commencé à dérouler notamment à travers l’adoption d’une loi qui fait obligation à l’ensemble des gestionnaires publics de faire une déclaration de patrimoine, la création de l’Office nationale contre la fraude et la corruption (Ofnac) qui est dotée de moyens étendus et qui donne ses rapports directement à la Justice.

«C’est dire que nous essayons d’encadrer la gouvernance de façon à créer les conditions d’une mise en œuvre réussie du Pse», se réjouit Macky Sall. Le Président qui souligne que le plan quinquennal 2014-2018 bénéfice d’un financement de 20 millions de dollars et constitue la première phase qui va mener le Sénégal vers l’émergence en 2035.

Le Président Macky Sall et son hôte, ont eu un entretien dès hier, premier jour de la visite de Mme Lagarde, sur les premières actions inscrites dans ce programme. Pour cette fois, ce soutien s’attache à préserver les intérêts des couches les plus pauvres souligne Mme Lagarde. La Directrice du Fmi explique que «dans les accompagnements de programmes de suivi ou de financement, le Fmi est toujours attaché à la dimension humaine des programmes».

Elle en veut pour preuve l’attention que l’institution porte à la mise en place de filets de soutien aux plus pauvres dans tous les pays où elle recommande la suppression progressive des subventions à l’utilisation des énergies fossiles. Aujour­d’hui, Mme Lagarde sera devant l’Assemblée nationale où elle doit s’adresser aux élus.

Pas d’annulation de dette pour les pays touchés par Ebola
Les paroles de Madame Lagarde en direction des pays touchés par Ebola ne laissent guère augurer d’une annulation de dette comme ces pays le demandent. En effet, selon la Directrice du Fmi, l’institution explore les moyens d’alléger la dette de ces trois pays en bonne intelligence avec certains pays donateurs.

Ces pays touchés par l’épidémie d’Ebola à savoir la Guinée, la Sierra Leone et le Liberia pourront toutefois se consoler avec un nouveau financement complémentaire de 160 millions de dollars, accordé à un taux ultra concessionnel, selon Mme Lagarde, et qui s’ajoute à un premier effort financier de 130 millions à 0% d’intérêt.

Mame Woury THIOUBOU

mamewoury@lequotidien.sn

In the Spotlight

Barthélèmy Dias : «La lutte ne fait que commencer»

by Ahmadou Diop in A LA UNE 0

La mobilisation de la plateforme «Aar linu bok» de ce 14 juin a été une grande réussite. C’est ce qu’a déclaré ce samedi Barthélémy Dias. Ce dernier  avertit, cependant, que «la lutte ne fait que [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*